Google a payé des centaines de millions de dollars aux développeurs de jeux vidéo. Mais pas pour la raison que vous pensez

Google a payé des centaines de millions de dollars aux développeurs de jeux vidéo.  Mais pas pour la raison que vous pensez

Un rapport suggère que Google a payé des entreprises comme Activision ou Riot Games pour empêcher les entreprises de lancer leurs propres magasins alternatifs au Play Store.

Google a payé des centaines de millions de dollars aux développeurs de jeux vidéo.  Mais pas pour la raison que vous pensez

Le marché du jeu mobile aurait pu être très différent de ce que nous connaissons aujourd’hui, si Google n’avait pas conclu au moins 24 accords différents avec différents développeurs de jeux vidéo bien connus, dans le but de les empêcher de lancer leurs magasins d’applications. Alternatives à Google Play Store.

C’est du moins ce que suggère un rapport que Reuters a mis en lumière, dans lequel il est cité que des entreprises telles qu’Activision ou Riot Games ont convenu avec Google de ne pas concurrencer la boutique d’applications et de jeux de la société de moteurs de recherche. Activision a toutefois démenti l’existence d’un tel accord.

Google Play Store sur un mobile Android

Google a déboursé des centaines de millions de dollars pour empêcher les développeurs de jeux de lancer leurs propres magasins d’applications.

360 millions de dollars pour Activision, 30 millions de dollars pour Riot

L’information a été révélée à partir d’un document qui fait partie du procès qu’Epic Games, un développeur de jeux vidéo comme Fortnite, a déposé contre Google en 2020.

Dans ledit document, il est précisé que Google a conclu un accord avec Activision Blizzard d’une valeur de 360 ​​millions de dollars à payer en trois ans, et de 30 millions de dollars pour Riot Games, à payer en un an. Apparemment, d’autres sociétés comme Ubisoft ou Nintendo feraient également partie de la liste des accords, mais les détails financiers n’ont pas été dévoilés pour l’instant.

Apparemment, Google et ses partenaires ont qualifié cette initiative de « Project Hug » ou « Project Hug ». L’objectif de Google, selon la documentation déposée par Epic, était de satisfaire les développeurs grâce à des mesures telles que des paiements pour la publication de vidéos sur YouTube ou des crédits pour des offres sur les services Google, y compris la publicité et les outils cloud. Tout cela, en échange du fait que les sociétés de développement acceptent de ne pas lancer leurs propres magasins d’applications alternatifs au Play Store.

Au vu des informations divulguées, Activision Blizzard assure n’avoir jamais conclu d’accord de ce type avec Google, et que le moteur de recherche « ne leur a jamais demandé, fait pression ou fait accepter qu’ils ne concurrencent pas Google Play ». Ils assurent donc que « les allégations d’Epic n’ont aucun sens ». De son côté, Riot Games ne s’est pas prononcé sur la question.