Activision Blizzard va fixer les testeurs américains en plein débat sur la syndicalisation

Activision Blizzard Va Fixer Les Testeurs Américains En Plein Débat

L’année 2021 a été compliquée pour Activision Blizzard car elle a fait face à de graves accusations de harcèlement sexuel et au travail. Plusieurs fronts se sont ouverts au géant nord-américain dans une bataille où le dernier coup de feu n’a pas encore été tiré. Les employés de Raven Software ont participé à une grève et n’ont pas encore réussi à faire reconnaître leur syndicalisation par l’entreprise. Dans ce contexte, les Américains ont annoncé qu’ils rendraient permanents plus de 1 000 travailleurs issus de leurs études aux États-Unis, tous issus du service qualité.

« Aujourd’hui, nous avons annoncé que nous rendrons permanents tous les travailleurs temporaires de l’équipe Activision Publishing et Blizzard QA », déclarent-ils dans un communiqué officiel. « Au total, au 1er juillet, près de 1 100 personnes seront employées à temps plein. » Comme l’a révélé VGC, dans un e-mail interne envoyé par Joshua Taub, CCO d’Activision Blizzard, le responsable a applaudi le travail des travailleurs chargés de garantir la qualité de leurs produits :

« L’assurance qualité est et continue d’être cruciale pour le succès de nos développements. Nous avons des équipes de qualité incroyables qui travaillent dur pour s’assurer que nos joueurs ont les meilleures expériences de jeu. Merci ». Selon Taub, ils anticipent des périodes de travail excessif dans le développement de Call of Duty, ils vont donc « ajouter un soutien supplémentaire » de la part de « partenaires externes ». De plus, ils augmenteront le paiement horaire minimum de 20 $.

Les syndicats célèbrent et préviennent : « Ils ne nous arrêteront pas »

De A Better AKB, un groupe d’employés qui ont travaillé pour atteindre ces objectifs, ont célébré la nouvelle comme une victoire. « Pendant près d’un an, ABK Workers Alliance a défendu nos employés QA » et a bien rendu compte « des problèmes auxquels ils sont confrontés ». Game Workers Alliance a également rappelé qu’ils ont été organisés « pour cela et pour bien plus encore ». Selon lui, c’est la preuve que « leurs efforts collectifs d’organisation fonctionnent » et il a prévenu qu’ils ne « s’arrêteront pas ».

Microsoft a laissé tomber qu’il ne s’opposerait pas à la syndicalisation des studios, tant qu’elle serait approuvée par Activision Blizzard (ce qui n’est pas le cas pour le moment).

Si vous avez une expérience de crunch (exploitation du travail) dans les études espagnoles, vous pouvez écrire à [email protected]

source | VGC