Call of Duty : Microsoft ne s’opposera pas à la syndicalisation de ses studios

Call Of Duty : Microsoft Ne S'opposera Pas à La

Microsoft a assuré qu’il ne s’opposerait pas à Activision Blizzard si l’entreprise reconnaissait la syndicalisation de ses travailleurs. Cette prise de position, que recueille Axios Gaming, est intervenue après que les employés de l’entreprise aient envoyé une carte au géant nord-américain pour se positionner sur la possible syndicalisation de Raven Software, les actuels dirigeants de Call of Duty : Warzone, au sein de The Game Workers Alliance.

Dans la carte envoyée au PDG de Microsoft, Satya Nadella, les employés demandent si l’entreprise a autorisé ou non à approuver ou à s’opposer à la proposition de syndicalisation de Raven Software. Ils ont également pesé sur la possibilité que le conglomérat puisse potentiellement approuver cette décision.

« Microsoft ne fera pas obstacle si Activision Blizzard reconnaît la syndicalisation », a déclaré un représentant de Microsoft à Axios Gaming après que ce média se soit renseigné sur la carte. « Microsoft respecte le droit des employés d’Activision Blizzard de choisir d’être représentés par une organisation syndicale, nous honorerons donc ces décisions. » Cependant, la firme américaine ne précise pas si les négociations ont commencé. Les travailleurs ont également posé des questions sur les conditions de la négociation collective.

La chronologie : Activision Blizzard a rejeté la syndicalisation

Activision Blizzard a refusé de reconnaître la proposition de syndicalisation. Raven Soft avait fixé un délai qui s’est terminé en janvier, mais la société dirigée par Bobby Kotick a fait la sourde oreille. Après une grève qui a duré deux mois et débuté en décembre 2021, les salariés ont décidé de l’arrêter pour se syndiquer. Tout a commencé après les licenciements et les coupes qui ont eu lieu au sein de l’entreprise l’année dernière.

Si l’acquisition est approuvée, Microsoft reprendra les rênes d’Activision Blizzard pour un montant proche de 70 000 millions de dollars. Actuellement, la Federal Trade Commission examine les documents pour déterminer s’il convient ou non d’approuver l’achat. Ils ont demandé plus de données aux deux sociétés.

source | Axios Gaming