Game of Thrones: le prequel n’aura pas de « violence scandaleuse et graphique contre les femmes »

Game of Thrones: le prequel n'aura pas de "violence scandaleuse et graphique contre les femmes"

Après avoir annoncé ce nouveau prequel à Game of Thrones pour HBO avec Maison du dragon et confirme ses premiers interprètes à la fin de l’année dernière, l’un de ses principaux protagonistes, Olivia Cooke, a assuré dans une récente interview que The Telegraph recueille, que dans cette nouvelle série il n’y aura pas de violence « scandaleux et graphique contre les femmes»Et que les situations macho ne se répéteront pas comme dans les premières saisons de Game of Thrones.

Pas de violence gratuite contre les femmes

Cela a été assuré par l’actrice Olivia Cooke, faisant valoir que dans House of the Dragon, il n’y aura pas de scènes ou de situations de ce type et que tellement de controverse Ils ont provoqué lors des premières saisons de Game of Thrones, quelque chose qui était en train de changer dans la seconde moitié de la série. Et c’est que Game of Thrones a reçu de nombreuses critiques pour le J’ai affaire à des personnages féminins, quelque chose qui a complètement changé depuis la cinquième saison.

Game of Thrones: le prequel n'aura pas de

« Je ne me sentirais pas à l’aise de faire partie de quelque chose qui présente violence scandaleuse et graphique contre les femmes gratuitement, juste pour le rendre tentant pour certains téléspectateurs. J’ai eu la chance de lire les scripts avant et ils ont beaucoup changé depuis les premières saisons de Game of Thrones. Je ne pense pas qu’ils seraient sains d’esprit s’ils incluaient à nouveau des choses de ce type aujourd’hui », dit l’actrice.

Olivia Cooke jouera Alicent Hightower, l’une des plus belles femmes des Sept Royaumes, fille de La Mano del Rey. Souvenons-nous que la Maison du Dragon nous emmène 300 ans avant des événements de Game of Thrones, à travers une histoire centrée sur la famille Targaryen. Pour la création de la série, le roman est utilisé comme base Feu et sang de George RR Martin.

Source | Le télégraphe