L’ESA (E3) répond à Activision Blizzard : « Le harcèlement ne doit jamais être toléré »

L'esa (e3) Répond à Activision Blizzard : "le Harcèlement Ne

L’organisation responsable de l’E3, l’Entertainment Software Association (ESA, pour son acronyme en anglais) a manifesté son inquiétude et son malaise face à la situation qui entoure Activision Blizzard en ce moment. Après la plainte déposée par l’État américain de Californie contre l’entreprise pour des allégations de travail et d’abus sexuels en juillet dernier, un autre scandale a éclaté en novembre qui désigne directement le PDG de l’entreprise, Bobby Kotick, comme une possible implication dans ces actes qui qualifient comme « intolérable ».

Dans des déclarations à GamesIndustry, l’ESA s’est prononcée sévèrement sur la question ; bien qu’ils ne disent pas explicitement le nom d’Activision Blizzard dans leur réponse. Pas en vain, l’appel lancé à toutes les entreprises associées à l’organisation pour créer un espace de dialogue permettant de mener des actions garantissant le bien-être général va au-delà.

L’ESA appelle ses partenaires à créer un espace de dialogue

« Le harcèlement, les abus ou les mauvais traitements de quelque nature que ce soit sur le lieu de travail sont inacceptables et ne doivent jamais être tolérés », déclare l’ESA au journal britannique. « Lorsque des accusations surgissent, les personnes concernées doivent se faire entendre. Toute accusation doit être reconnue, faire l’objet d’une enquête approfondie et être traitée avec des conséquences importantes », insiste l’organisation.

L’éditeur à l’origine de licences de masse comme Call of Duty, Crash Bandicoot, Diablo, Overwatch ou Tony Hawk a chuté de 23,92 % en bourse (NASDAQ) ces trente derniers jours, conséquence d’une situation qui génère la méfiance des investisseurs et qui pourrait remettre en cause les résultats financiers de la société à la fin de cet exercice.

Tempête De Neige

Surveillance 2.

« La vitalité de notre industrie exige que tous les travailleurs – et les communautés – se sentent valorisés et respectés. En tant qu’association industrielle, l’ESA appelle ses entreprises membres à créer un dialogue et à façonner des actions pour faire en sorte que ces convictions se réalisent », indique la note envoyée à GamesIndustry ce mardi 23 novembre.

Onglet de déplacement PlayStation, Xbox et Nintendo ; les salariés se mettent en grève

Les dirigeants de Xbox (Phil Spencer), PlayStation (Jim Ryan) et Nintendo of America (Doug Bowser) se sont déjà exprimés sur la situation d’Activision Blizzard avec un avis général partagé : inconfort et besoin de peser les actions qui peuvent affecter directement votre relation. .

Avec mille et demi salariés en grève, conjugués à toutes les divisions d’Activision, Blizzard et King, Bobby Kotick ne se sent prêt à démissionner que s’il n’est pas en mesure de renverser la situation. Ce mardi, ils ont annoncé la création d’un comité pour mettre en œuvre des politiques anti-harcèlement.

Sa marche se poursuit dans les airs, au détriment de la prononciation de la justice.

Références | Industrie des jeux ; NASDAQ