Jeux-vidéo

Neil Druckmann (The Last of Us) réfléchit à la polémique avec Six Days in Fallujah

Par Raphael, le 17 février 2021 — états-unis, the last of us — 3 minutes de lecture
Neil Druckmann (The Last of Us) réfléchit à la polémique avec Six Days in Fallujah

Neil Druckmann, réalisateur de The Last of Us Part II et co-président de Naughty Dog, a exprimé son opinion sur le réseau social Twitter sur la polémique générée par le jeu vidéo Six Days in Fallujah, un titre entouré de polémique qui cherche à aller en vente après avoir été annulée à l’origine par Konami, précisément, pour avoir voulu raconter la guerre en Irak du point de vue de l’armée américaine. Bien que l’étude garantisse qu’elle ne cherche pas à rechercher des «commentaires politiques» Druckmann s’est positionné: s’il y a des problèmes graves, il y a une composante politique.

« Si votre jeu porte sur des problèmes graves, alors il est intrinsèquement politique », dit-il. «Si c’est problématique, créez un jeu différent… Sinon, vous vous devez de vous lancer dans votre jeu, en faisant de votre mieux pour le traiter aussi honnêtement et complètement que possible. Avec tous ses défauts », affirme-t-il. Le message, avec plus de 19 800 «j’aime», a un grand impact sur ledit réseau social.

Que se passe-t-il avec Six Days in Falllujah

La nouvelle a sauté le 11 février: Six jours à Fallujah relancés. L’annulation du jeu vidéo par Konami remonte à plus d’une décennie, mais ce sont désormais Victura et Highwire Games qui tenteront de façonner ce jeu de tir militaire tactique à la première personne; si tout se passe bien, cette année 2021 sur consoles et PC. Jusqu’ici tout va bien, mais quel est le problème alors?

Six Days in Fallujah est basé sur le deuxième bataille de Fallujah, nommé Opération Al-Fajr ou Fureur fantôme, et fait partie de l’un des conflits politiques et armés les plus délicats de l’ère contemporaine; une confrontation où les États-Unis, nommés par le gouvernement intérimaire irakien nommé par eux-mêmes et dirigé par des Marines, se sont affrontés aux insurgés irakiens à Falloujah. Le résultat a été des milliers de morts pour les deux commandants, laissant ainsi la guerre en Irak comme l’un des conflits les plus tendus de ce siècle.

Peter Tamte, ancien PDG d’Atomic Games et désormais responsable du projet, a l’intention de reprendre le titre et de le mettre en vente cette année. Face à la polémique, ils ont refusé de le considérer comme «un outil de recrutement».

Source | Neil Druckmann

Raphael

Raphael

Jeune rédacteur, mais déjà un "ancien" joueur, je couche sur mon papier les dernières news jeux-vidéo pour vous. Vous trouverez aussi, en parcourant le site, quelques guides que j'ai pu écrire sur cette thématique. Bonne lecture à vous !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.