La tentative d’Activision Blizzard de geler le procès pour harcèlement échoue

La Tentative D'activision Blizzard De Geler Le Procès Pour Harcèlement

Activision Blizzard joue dans l’une des histoires judiciaires du moment. L’État de Californie a dénoncé l’entreprise pour des cas présumés de harcèlement au travail et sexuel, qui ont entraîné le départ de cadres et d’employés de haut rang. Pendant ce temps, les Américains ont profité du contentieux actuellement détenu par deux institutions gouvernementales (DFEH et EEOC) sur l’affaire pour tenter de paralyser le processus. Ils n’ont pas réussi.

Le processus suit son cours

La société Call of Duty, Crash Bandicoot et Diablo ont demandé aux autorités d’arrêter la plainte en cours, mais la demande a été rejetée. Activision Blizzard avait conclu un accord avec la Commission pour l’égalité des chances dans l’emploi, pour laquelle ils devaient allouer 18 millions de dollars. Cependant, la DFEH s’est opposée à l’accord, car elle estime qu’elle causera un « dommage irréparable » à sa propre plainte. L’EEOC a alors réagi et révélé que deux des avocats chargés de l’affaire avaient déjà travaillé au sein de la commission chargée de l’enquête, la même qui a conduit au règlement.

Activision Blizzard

Bobby Kottick, président d’Activision Blizzard.

Désormais, Activision Blizzard pourra peut-être utiliser le conflit d’intérêts comme argument pour valider sa position, bien que le juge Patrick Dillon de Los Angeles ait glacé le moral de l’entreprise en n’envisageant aucune raison d’arrêter la plainte. Pourtant, il y a une bataille dans les salles d’audience et entre les bureaux. Le refus de mettre le processus au point mort ne semble pas modifier la ligne de conduite ni les stratégies de chacune des parties.

Activision Blizzard a publié plusieurs communications au cours de ces semaines. Dans l’un des derniers, ils s’engagent à allouer les 18 millions d’euros de l’accord à la création de nouveaux mécanismes pour éviter les malversations au sein de l’entreprise, compte tenu du scepticisme des salariés et des autres parties concernées.

Origine | Joueur PC