La Californie affirme que Riot a induit ses employés en erreur sur leur droit de dénoncer le harcèlement

La Californie Affirme Que Riot A Induit Ses Employés En

Riot Games a induit ses employés en erreur. Cette conclusion a été tirée par le California Department of Housing and Fair Employment, le même organisme qui a signalé à Activision Blizzard les cas présumés d’abus sexuels et de harcèlement au travail survenus au sein de la société Diablo et World of Warcraft. Selon cette institution, l’entreprise derrière League of Legends et Valorant a menti à ses employés sur leurs droits en parlant de problèmes tels que le harcèlement.

Le DFEH a demandé aux tribunaux de forcer Riot Games à se conformer à la résolution du 4 juin 2021, dans laquelle l’entreprise était tenue d’envoyer une note d’information à ses travailleurs sur leurs droits de parler avec le DFEH.

Riot nie les allégations

Riot Games a nié les faits et envoyé une déclaration à The Verge. Un représentant de la firme nord-américaine a expliqué avoir envoyé des messages à leurs anciens employés pour « confirmer » que Riot n’a jamais été « interdit de parler aux agences gouvernementales ». Riot a également rejeté les allégations selon lesquelles ils auraient envoyé des messages avertissant leurs employés des conséquences de parler à l’État. En outre, ils ont fourni un document interne qui se lit comme suit : « Rien dans cet accord ne vous interdit de signaler d’éventuelles violations de la loi fédérale ou de l’État, ou des réglementations de tout agent ou entité du gouvernement. »

L’information rappelle aux travailleurs qu’ils peuvent librement parler au gouvernement de toute pratique en cours sans crainte de représailles et quelles que soient les clauses des accords de confidentialité qui ont été signés. Le DFEH juge « alarmant » le langage utilisé dans ces accords, qui de Riot disent qu’il s’agit d’une norme. De plus, ils accusent Riot d’avoir retardé le processus de deux mois.

Les États-Unis ont déjà enquêté sur Riot Games en 2018, une enquête qui a eu des répercussions pénales et qui a contraint l’entreprise à conclure des accords avec une centaine de femmes.

Origine | Eurogamer, The Verge