La loi sur les marchés numériques entre en vigueur en Europe : voici comment elle affecte les utilisateurs de mobiles Android

La loi sur les marchés numériques entre en vigueur en Europe : voici comment elle affecte les utilisateurs de mobiles Android

L’un des changements les plus importants de l’industrie technologique ces dernières années : c’est ce qui va changer après l’entrée en vigueur de la loi sur les marchés numériques.

La loi sur les marchés numériques entre en vigueur en Europe : voici comment elle affecte les utilisateurs de mobiles Android

L’Europe a donné son feu vert à l’entrée en vigueur de la loi sur les marchés numériques, qui encadrera de manière plus exhaustive le contrôle que les grandes entreprises technologiques comme Apple, Amazon, Meta ou Google ont sur leurs plateformes.

La loi introduit un grand nombre de changements qui, à terme, finiront par affecter directement les utilisateurs des plateformes détenues par ce type d’entreprise. Par conséquent, il faut s’attendre à ce que ceux qui utilisent des mobiles Android ou iPhone, ou les utilisateurs de services tels que WhatsApp ou Google Play, subissent certains changements, principalement destinés à leur donner un plus grand contrôle sur leurs données.

Nous allons passer en revue certaines des nouvelles les plus importantes que les utilisateurs de ces plateformes peuvent s’attendre à trouver à partir du 2 mai, lorsque les premiers changements commenceront à s’appliquer.

drapeau européen

La loi sur les marchés numériques est entrée en vigueur en Europe, et très prochainement, les grandes entreprises devront adopter les changements indiqués par la réglementation.

Plus de liberté pour les utilisateurs, moins de contrôle pour les grandes entreprises

La nouvelle loi sur les marchés numériques impose une série de mesures pertinentes pour les services des grandes plateformes. Les entreprises disposent de six mois pour remplir les obligations, à partir du moment où elles ont été désignées comme « gatekeepers » ou « guardians ». Selon la réglementation, toutes les entreprises évaluées à plus de 75 000 millions d’euros, ou qui génèrent un chiffre d’affaires de plus de 7 500 millions d’euros au sein de l’UE, en plus d’opérer dans au moins trois territoires en Europe. Votre nombre d’utilisateurs doit dépasser les 45 milliards chaque mois.

On s’attend donc à ce que des entreprises telles qu’Amazon, Apple, Google et Meta, entre autres, soient parmi les premières à être contraintes d’adopter les mesures pertinentes pour se conformer à la réglementation.

Ces mesures incluent l’obligation de faciliter les transferts d’informations entre écosystèmes, ce qui devrait faciliter la migration entre différentes plateformes, et ainsi empêcher les constructeurs d’enrichir davantage leurs écosystèmes fermés. Cela ne veut pas dire que les services exclusifs de l’iPhone fonctionneront sur Android, comme cela pourrait être le cas d’iMessage. Cependant, Apple pourrait être contraint d’adopter certaines mesures qui pourraient faciliter l’interconnexion entre son service de messagerie et celui natif d’Android (basé sur le système RCS).

En revanche, les grandes entreprises disposant de leur propre système d’exploitation comme Apple, Google et Microsoft ne pourront pas empêcher les utilisateurs de désinstaller les applications préchargées sur leurs plateformes pour utiliser des services tiers. Cela inclut les magasins d’applications, car il sera obligatoire de donner à l’utilisateur la possibilité d’utiliser des magasins d’applications alternatifs à Google Play, Microsoft Store ou App Store. Il en sera de même avec les moyens de paiement, puisque les « gardiens » ne seront pas autorisés à obliger les utilisateurs et les développeurs à utiliser leur carte de paiement et à conserver une bonne partie des revenus générés.

La loi sur les marchés numériques (DMA) empêchera les fabricants de forcer l’utilisation de leurs applications. Par conséquent, les utilisateurs auront la possibilité de désinstaller les « bloatwares » et les services préinstallés sur leurs téléphones.

Des services comme WhatsApp seront également affectés par les changements. Dans le passé, il a été suggéré que le service de messagerie Meta introduirait une interopérabilité avec d’autres services tels que Telegram, iMessage ou Signal afin de se conformer à la loi sur les marchés numériques. Bien qu’elle soit considérée comme une possibilité, on ne sait pas comment cette transformation complète de la plateforme pourrait être réalisée.

Outre la loi sur les marchés numériques, la DSA ou loi sur les services numériques est également entrée en vigueur, ce qui peut également être un casse-tête pour certaines des grandes entreprises fournissant des services via Internet.

Il rassemble les normes de révision des algorithmes utilisés sur des plateformes telles qu’Instagram ou TikTok, ainsi que les modèles d’intelligence artificielle utilisés pour mener à bien des pratiques déloyales ou déloyales pour une partie des utilisateurs.

Cette loi, contrairement à la DMA, entrera en vigueur par étapes, les premières modifications devant être appliquées à partir du milieu de l’année 2024.