Quels effets de l’introduction des crypto-monnaies de banque centrale de détail ? – Natixis | Cryptomonnaie

Polygon est au bord d'un déménagement colossal

La plupart des banques centrales souhaitent introduire une crypto-monnaie publique de détail (une monnaie numérique de banque centrale, ou CBDC), c’est-à-dire détenue par des agents économiques non bancaires. Que peut-il se passer à l’équilibre si les banques ont moins de dépôts au passif ? Les économistes de Natixis s’interrogent sur les pleins effets de la mise en place des CBDC sur l’équilibre financier.

Deux cas où ces effets sont insignifiants

« Il y a deux cas où l’introduction de crypto-monnaies de banque centrale n’a aucun effet : si elles remplacent simplement les billets de banque, ou si elles sont compensées par une baisse des réserves excédentaires des banques à la banque centrale. »

Trois conséquences de l’introduction d’une crypto-monnaie de banque centrale

« 1. Une partie du seigneuriage est transférée des banques à la banque centrale, car l’argent ne portant pas intérêt est transféré des banques à la banque centrale lorsque les crypto-monnaies remplacent les dépôts (c’est le cas si les crypto-monnaies ne portent pas intérêt).

« 2. Quand on consolide le gouvernement et la banque centrale, on voit que ce gouvernement consolidé se finance davantage sous forme monétaire (en crypto-monnaie) et moins en émettant des obligations. Cela réduit le coût d’emprunt du gouvernement.

« 3. Si les banques vendent des obligations qu’elles détiennent ou émettent plus d’obligations, il n’y a pas de désintermédiation de l’économie. Mais si les banques doivent réduire leur offre de crédit, les agents économiques devront se financer sur le marché obligataire et l’économie sera désintermédiée. Reste à savoir si la désintermédiation de l’économie est jugée favorable ou non.