Coinbase s’applique au commerce des contrats à terme crypto | Cryptomonnaie

Polygon est au bord d'un déménagement colossal

Si Coinbase obtient l’approbation de la National Futures Association, il devra alors s’inscrire auprès de la Commodity Futures Trading Commission pour obtenir le feu vert.

Le principal échange de crypto-monnaies américain Coinbase a soumis une demande pour devenir un marchand de contrats à terme enregistré (FCM) auprès de la National Futures Association (NFA).

Les détails sont rares, mais selon le site Web de la NFA, la demande en attente a été soumise le 15 septembre sous le nom de « Coinbase Global Inc.

Coinbase a souligné cette décision via Twitter le 16 septembre et a déclaré qu’« il s’agit de la prochaine étape pour élargir nos offres et proposer des contrats à terme et des dérivés sur nos plateformes. Objectif : poursuivre la croissance de l’économie de la cryptomonnaie. »

Si Coinbase devient un membre approuvé de la FCM en vertu de la NFA, la société devra alors s’inscrire auprès du régulateur américain des produits dérivés, la Commodity Futures Trading Commission, pour obtenir le feu vert.

Les marchés des dérivés crypto éclipsent la taille des marchés au comptant, et malgré une abondance de dérivés réglementaires FUD, leur popularité a explosé en 2021. Selon les données de CoinGecko, le marché a traité plus de 143 milliards de dollars au cours des dernières 24 heures. Binance, FTX et Bybit sont actuellement en tête du peloton en termes d’intérêts ouverts sur 24 heures, avec respectivement 10,1 milliards de dollars, 6,8 milliards de dollars et 3,8 milliards de dollars.

Coinbase espère que son passage aux contrats à terme et aux dérivés se déroulera beaucoup plus facilement que ses plans d’offrir un produit de prêt de pièces en USD (USDC), après que la Securities and Exchange Commission (SEC) a menacé de poursuivre la société en justice si elle se concrétisait avec le lancement.

Selon un rapport du 15 septembre de The Economic Times, Coinbase a également vendu pour 2 milliards de dollars de junk-bonds cette semaine dans le cadre d’une offre qui a vu 7 milliards de dollars de commandes passées pour des obligations à sept et 10 ans.