Wells Fargo dépose un dossier pour le fonds Bitcoin | Cryptomonnaie

Polygon est au bord d'un déménagement colossal

Wells Fargo – l’une des plus anciennes banques des États-Unis – a enregistré un nouveau fonds d’investissement commun qui offre à ses clients fortunés une exposition indirecte au Bitcoin (BTC).

Le dépôt par Fargo d’un « Avis d’offre exonérée de titres » – également connu sous le nom de formulaire D – auprès de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC), révèle que le fonds s’appelle « FS NYDIG BITCOIN FUND I », reflétant le fait qu’il est étant constituée en société en commandite avec la société de services d’investissement NYDIG et le gestionnaire d’actifs alternatifs FS Investments.

L’avis indique que Wells Fargo Clearing Services percevra des frais de placement et de service pour tous les clients qu’il réfère au fonds. Cela montre également que la première vente du fonds n’a pas encore eu lieu et que Fargo s’attend à ce que l’offre dure plus d’un an.

NYDIG, acronyme de New York Digital Investment Group, appartient à Stone Ridge Asset Management, qui a poursuivi une stratégie d’investissement axée sur le Bitcoin grâce à une exposition indirecte et à des achats directs de Bitcoin via NYDIG.

NYDIG s’est également associé à JPMorgan Chase sur un nouveau fonds Bitcoin cet été – l’un des six fonds crypto de la mégabanque à travers lequel il offre une exposition crypto à divers clients.

Le pivot de Fargo vers la cryptomonnaie reflète la popularité croissante de la classe d’actifs à Wall Street, attirant Goldman Sachs, BNY Mellon, JPMorgan Chase et Morgan Stanley.

En mai dernier, Darrel Cronk, président du Wells Fargo Investment Institute, a déclaré aux journalistes que l’institution juge désormais que l’espace de la crypto-monnaie a  » connu une évolution et une maturation de son développement qui lui permettent désormais d’être un actif d’investissement viable  » et a depuis commencé offrant une exposition à ses clients fortunés. Pas plus tard qu’en décembre 2020, le responsable de la stratégie des actifs réels de l’institut avait suggéré qu’il s’intéressait peu à la crypto.