Le prêteur de crypto en faillite BlockFi veut que les clients soient autorisés à retirer des fonds | Cryptomonnaie

Le Prix De Solana Poursuit Sa Tendance Haussière, Les Analystes
  • BlockFi demande au tribunal d’autoriser les clients à retirer leurs actifs cryptomonnaies car la société n’a « aucun intérêt légal ou équitable ».
  • BlockFi demande de supprimer les demandes de retrait non traitées après la suspension du 12 novembre.
  • L’ancien PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, accepte son extradition vers les États-Unis pour faire des cuisses droites avec les clients.

BlockFi demande l’approbation d’un tribunal américain pour permettre aux clients de retirer des fonds bloqués sur la plateforme depuis le 10 novembre. Le dossier judiciaire de lundi indique que les fonds appartiennent légalement aux clients et que la société n’a pas « d’intérêt légal ou équitable ». La demande de BlockFi a eu lieu à peine un jour avant que l’ancien PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, n’accepte d’être extradé vers les États-Unis.

BlockFi entend honorer les retraits des clients

La requête déposée auprès du tribunal américain des faillites du district du New Jersey citait les « Conditions d’utilisation du portefeuille » de BlockFi, indiquant que les actifs cryptomonnaies « détenus dans votre portefeuille BlockFi resteront à tout moment avec vous et ne seront pas transférés à BlockFi ».

BlockFi a souligné que les débiteurs n’ont aucun « intérêt légal ou équitable dans la crypto-monnaie qui était présente dans les comptes de portefeuille de la plate-forme ». La société a ajouté dans le dossier que « les clients devraient pouvoir retirer ces actifs de la plateforme s’ils le souhaitent ».

L’affaire est actuellement devant les tribunaux et doit être entendue le 9 janvier. Il y aura une deuxième audience le 13 janvier consacrée aux comptes de portefeuille sous la garde de BlockFi International, une filiale qui gérait des opérations non américaines domiciliées aux Bermudes.

Bankman-Fried de FTX approuve l’extradition aux États-Unis

Sam Bankman-Fried (SBF), le fondateur et ancien PDG de FTX, a accepté son extradition vers les États-Unis, où il devrait faire face à des accusations de blanchiment d’argent et de fraude. SBF est détenu par les autorités des Bahamas depuis son arrestation au début de la semaine dernière.

Malgré le clin d’œil à son extraction, il reste à découvrir quand Sam Bankman-Fried quittera les Bahamas pour les États-Unis. Le tribunal n’a pas fixé de date supplémentaire en la matière.

Pourtant, sur FTX, l’équipe qui supervise la procédure de mise en faillite de l’entreprise travaille 24 heures sur 24 pour récupérer des millions de dollars en dons faits par SBF aux politiciens.

L’équipe, dirigée par John Ray III, affirme que certains politiciens et autres bénéficiaires des fonds de FTX demandent des instructions sur la manière de restituer les fonds.

Il a déjà été rapporté que Sam Bankman-Fried avait fait jusqu’à 46,5 millions de dollars de dons politiques au cours des mois qui ont précédé la crise de liquidité chez FTX. Actuellement, l’échange en faillite travaille avec les bénéficiaires pour un retour volontaire de ces contributions. Cependant, il va bientôt entamer une action en justice devant le tribunal des faillites pour s’assurer que tous les fonds sont restitués.

FTX a déposé son bilan le 12 novembre après que la bourse a connu une crise de liquidité en raison de demandes de retrait écrasantes. Un article publié par CoinDesk le 2 novembre a révélé qu’Alameda Research, la branche commerciale de FTX, détenait une quantité importante de FTT, un jeton émis par la bourse.

L’article a déclenché des événements en cascade avec Binance annonçant son intention de liquider les avoirs FTT. FTX a été contraint de déposer le bilan après que Binance se soit retiré d’un accord pour acquérir la société afin de protéger ses clients. L’effondrement de FTX continue de peser sur le marché de la cryptomonnaie, avec des échanges centralisés comme Binance sous les projecteurs sur la façon dont ils gèrent les dépôts des clients.