Révolution de la confidentialité en chaîne : Apporter l’anonymat total au web3 | Cryptomonnaie

Le Prix De Solana Poursuit Sa Tendance Haussière, Les Analystes

Malgré tous les idéaux de décentralisation et d’anonymat du web3, une crise de confidentialité bouillonne sous la surface, menaçant directement la sécurité financière et identitaire des utilisateurs. La nature publique des informations de la blockchain rend l’anonymat particulièrement crucial pour la culture du web3, car pour beaucoup, il est nécessaire de garder leur identité et leurs données financières séparées. Derrière chaque photo de profil NFT et chaque identité anonyme se cache une personne réelle qui utilise généralement un portefeuille de brûleur, préférant que ses transactions financières ne soient pas directement liées à son vrai nom. La nature glissante des métadonnées et la sombre réalité de la façon dont les portefeuilles se connectent aux applications Web3 rendent cet anonymat particulièrement difficile à maintenir.

La fuite de métadonnées est une menace pour la vie privée

Étant donné que la fuite de métadonnées est une menace pour la confidentialité et la sécurité du Web3, il vaut la peine d’explorer exactement ce que sont les métadonnées. Les métadonnées sont essentiellement des données sur les données : des informations telles que la taille des fichiers, la date et l’heure de création, et qui envoie des données à qui et quand. Contrairement aux données elles-mêmes, qui sont généralement fortement cryptées, les métadonnées sont souvent publiques et très faciles d’accès et de stockage. Malgré certains cas d’utilisation historiques et actuels très justifiables, les métadonnées sont exploitées par des entités aux intentions douteuses de compromettre votre identité et votre sécurité. Les entreprises, les gouvernements et d’autres groupes à travers le monde utilisent fréquemment les métadonnées de nombreuses formes de communications Internet pour effectuer une surveillance ou pour vendre des informations sur les utilisateurs. Bien que le contenu de nos communications Internet soit généralement bien crypté, les métadonnées seules peuvent être utilisées pour créer une image alarmante de chaque utilisateur. Même lorsqu’une entité centralisée bien intentionnée collecte des informations hautement sensibles, ces données sont collectées et placées dans un serveur qui est très vulnérable au vol par une entité plus néfaste.

Web3 vise à résoudre ces problèmes en utilisant la décentralisation pour redonner le contrôle aux utilisateurs. Malheureusement, une implémentation naïve de cela pose en fait plus de risques pour la vie privée des utilisateurs, pas moins. En effet, les réseaux décentralisés sont souvent plus vulnérables aux attaques et les membres individuels du réseau sont encore moins dignes de confiance que les centrales centralisées du Web 2.0.

Mais il existe un autre moyen, celui qui protège les utilisateurs en donnant la priorité à la confidentialité et en traitant les métadonnées comme étant tout aussi précieuses et vulnérables que les données. Un mixnet combine et recombine différentes données utilisateur jusqu’à ce qu’elles soient rendues indiscernables des autres données passant par le réseau. L’un des projets notables qui a popularisé quelque chose de similaire est le routeur à oignons, communément appelé TOR. Cependant, la structure incitative de TOR et l’architecture actuelle des nœuds soulèvent des questions importantes sur l’étendue de leur sécurité. Étant donné que le maintien d’un nœud sur le réseau TOR coûte très cher, sans récompenses fournies en échange, cela soulève des questions sur les motivations de ceux qui gèrent le réseau.

Comment une nouvelle approche des réseaux mixtes du projet suisse de protection de la vie privée HOPR peut protéger toutes les activités Web 3.0 contre les fuites de métadonnées

L’un des principaux projets de confidentialité du Web3, HOPR, a une structure d’incitation unique qui utilise la crypto-monnaie pour s’assurer que chaque coureur de nœud est correctement récompensé. Chaque coureur de nœud du réseau HOPR sera récompensé par le jeton natif $HOPR, mais seulement une fois qu’il aura terminé de manière vérifiable son travail de relais des données vers le prochain « saut » du réseau. Cette étape supplémentaire, connue sous le nom de preuve de relais, ferme le cercle de la confidentialité et de l’incitation qui a freiné les itérations précédentes de la technologie mixnet.

La confidentialité est souvent une réflexion après coup pour les utilisateurs et les développeurs du Web3, dont beaucoup considèrent que s’éloigner du Web 2.0 est en soi une solution suffisante. Mais de plus en plus de gens découvrent que la confidentialité n’est pas seulement un problème dans le Web3, mais LE problème : sans une protection solide des métadonnées, en particulier des adresses IP, de nombreux services Web3 sont extrêmement vulnérables aux perturbations et aux attaques.

Il ne s’agit pas seulement de protéger les identités des utilisateurs – bien que cela soit bien sûr important. Sans une forte confidentialité des métadonnées, les services fondamentaux peuvent être perturbés. Imaginez une blockchain qui ne peut pas produire de nouveaux blocs parce que les mineurs et les validateurs continuent d’être frappés par des attaques par déni de service, rendues possibles grâce aux adresses IP exposées. Sans de solides protections de la vie privée au niveau de l’infrastructure, les fondations du web3 reposent sur des sables mouvants. Heureusement, une mise à jour de la technologie de mélange vieille de plusieurs décennies peut fournir la stabilité et la sécurité dont l’espace a besoin.