Toyota dit qu’il préfère payer pour les émissions plutôt que de « gaspiller » de l’argent dans des voitures électriques ?

Toyota Yaris

Toyota ne cache pas son désenchantement face à ses projets agressifs d’électrification des routes. Renforçant encore son propos, le PDG de l’entreprise pour l’Amérique du Nord a révélé qu’il préférait payer pour les émissions de ses voitures plutôt que de « gaspiller » de l’argent dans des voitures électriques.

Toyota Yaris

Sans crainte de polémique, Toyota ne se retient pas sur les arguments en matière d’électrification. La position du constructeur est en effet plus que clarifiée par ses différents dirigeants.

En plus d’affirmer que les gouvernements ont tort de miser tout leur argent sur les voitures électriques et d’admettre qu’ils ne considèrent pas les modèles électrifiés comme une « solution miracle », Toyota a également déclaré que les voitures électriques ne dépasseraient pas 30 % des voitures neuves. aux États-Unis, d’ici 2030.

Production hybride chez Toyota

Aujourd’hui, dans une interview, le président et chef de la direction de Toyota Motor North America, Ted Ogawa, a déclaré que le constructeur automobile japonais prévoyait de répondre à ce que recherchent les clients. Selon lui, cela signifie différents degrés d’« électrification », généralement sous forme d’hybrides.

Je sais que l’EPA [Environmental Protection Agency] est en train de reconsidérer quel devrait être le niveau de réglementation. Mais là encore, notre point de départ est la demande des clients.

Interrogé sur la nécessité de combler le fossé entre les propositions de réglementation des émissions des véhicules légers de l’EPA, en parlant spécifiquement des États-Unis, et ce que Toyota a à offrir au marché, le PDG a admis que c’était « une question difficile ».

De son point de vue, le fabricant devrait « préparer quelque chose comme un achat à crédit », car « un investissement gaspillé est pire qu’un achat à crédit ».

Il est important de souligner que Toyota est l’un des constructeurs automobiles les plus vendus, mais les voitures électriques à batterie représentaient moins de 1 % des ventes totales l’an dernier.