Toyota assure n’être pas « anti-VE », mais admet ne pas les voir comme une « solution miracle »

Carros elétricos da Toyota

Contrairement à d’autres constructeurs, Toyota a abordé les véhicules électriques avec beaucoup de prudence. Comme l’a récemment admis le constructeur, le constructeur n’est pas « anti-VE », mais n’y voit pas une « solution miracle ».

Voitures électriques Toyota

Toyota est considérablement en retard sur la plupart de ses concurrents dans le développement de voitures électriques à batterie. L’année dernière, par exemple, ce type de véhicule représentait moins de 1 % du volume global de l’entreprise. Ce chiffre est curieux, sachant que l’entreprise japonaise a été pionnière dans la vulgarisation des hybrides.

Même s’il travaille sur l’électrification, notamment via une plateforme électrique de nouvelle génération pour remplacer l’eTNGA, Toyota entend continuer à investir dans l’hybridation, la pile à combustible ou les moteurs à combustion interne à hydrogène.

Toyota ne discrédite pas les voitures électriques, c’est juste « réaliste »

Comme nous l’avons déjà vu, Akio Toyoda, président du géant japonais, estime que l’avenir ne réside pas exclusivement dans les voitures électriques à batterie. En réalité, il prédit que ces modèles stagneront à 30 % de part de marché.

Sean Hanley, vice-président des ventes et du marketing, Toyota Australie

Sean Hanley, vice-président des ventes et du marketing, Toyota Australie

Face à la baisse de la demande de véhicules électriques, plusieurs dirigeants de Toyota ont déjà tenté de défendre la stratégie prudente adoptée.

Toyota n’est pas anti-VE. En réalité, ce n’est pas le cas. Et nous voulons opérer sur ce marché. Nous voulons en faire partie. Nous en sommes ravis.

Nous ne considérons tout simplement pas cela comme une solution miracle ou la seule solution vers la neutralité carbone. Prendre plusieurs chemins reste notre stratégie, mais nous sommes ravis d’entrer sur le marché des BEV. [Veículos Elétricos a Bateria]. Nous savons qu’ils joueront un rôle.

A déclaré Sean Hanley, vice-président des ventes et du marketing chez Toyota Australie, dans une interview avec CarsGuide.

De son point de vue, « c’est aux constructeurs de proposer un véhicule qui puisse satisfaire et être désirable ». Après tout, c’est « le marché qui définit la réalité, pas les entreprises ».

C’est notre travail. Et tu sais quelque chose ? Nous avons la responsabilité sociale et communautaire de le faire. Et c’est pourquoi nous parlons de normes d’émissions et de voies multiples [para abordá-los].

Certains interprètent cela comme signifiant que Toyota est contre les BEV. Non nous ne sommes pas. Nous sommes simplement réalistes. Nous sommes honnêtes avec le marché et la position.