Le règlement de 18 millions de dollars d’Activision Blizzard dans l’affaire de harcèlement sexuel de l’EEOC devient officiel

Le Règlement De 18 Millions De Dollars D'activision Blizzard Dans

Dans le contexte: Cette semaine, un juge a approuvé un règlement de 18 millions de dollars qu’Activision Blizzard a conclu avec la Commission américaine pour l’égalité des chances en matière d’emploi (EEOC) l’année dernière. Il règle l’une des multiples poursuites pour harcèlement sexuel intentées contre lui pour sa « culture de frat-boy ». La société est toujours sur le crochet pour les autres alors qu’elle tente de sortir d’une année de scandale et de finaliser son acquisition par Microsoft.

L’EEOC était l’une des nombreuses organisations qui ont porté plainte contre Activision Blizzard l’année dernière, accusant l’entreprise de harcèlement sexuel et de discrimination à l’encontre de ses employées. Le règlement de 18 millions de dollars a été conclu avec la commission en septembre dernier et a maintenant été signé par le juge de district américain Dale S Fischer, ce qui le rend officiel.

Le reglement de 18 millions de dollars dActivision Blizzard dans

Le jugement signifie que toute personne qui a travaillé chez Activision Blizzard depuis septembre 2016 peut soumettre une demande pour rejoindre le règlement, tant qu’elle concerne le harcèlement sexuel ou la discrimination sexuelle. Cependant, les employés qui souhaitent déposer des réclamations pour discrimination salariale peuvent alternativement rejoindre le procès du California Department of Fair Employment and Housing (DFEH), qui a débuté en juillet dernier et est en cours.

Le chevauchement entre les deux affaires a provoqué un conflit entre les deux agences l’automne dernier lorsque la DEFH a tenté d’intervenir dans le règlement de l’EEOC, craignant de libérer Activision de l’affaire de la DEFH. Le juge Fischer n’était pas d’accord, niant l’intervention en janvier.

La semaine dernière, des employés ont ouvert une autre poursuite pour harcèlement sexuel contre Activision Blizzard devant la Cour supérieure de Los Angeles. Même avec la clôture officielle de l’affaire EEOC, les problèmes juridiques de l’entreprise sont loin d’être terminés.