Le fondateur de Second Life revient pour une autre fissure au métavers

Le Fondateur De Second Life Revient Pour Une Autre Fissure

Point de vue de l’éditeur : le fondateur de Second Life, Philip Rosedale, revient à Linden Lab pour aider à naviguer dans l’entreprise et son monde virtuel révolutionnaire à travers la poussée moderne du métaverse. Ce serait assez remarquable si Second Life pouvait trouver son second souffle, ou à tout le moins, si Linden Lab pouvait utiliser ce qu’il a appris dans le domaine de la socialisation numérique pour construire un successeur basé sur la réalité virtuelle à Second Life. Ils ont déjà essayé une fois avec Sansar, mais ont finalement vendu le projet en 2020.

La société de réalité virtuelle sociale de Rosedale, High Fidelity, a acquis une participation dans Linden Lab, qui comprendrait un investissement en espèces et des brevets informatiques distribués. Certains employés de High Fidelity rejoindront également Linden Lab, et Rosedale rejoint également Second Life en tant que conseiller stratégique.

Second Life a été lancé en 2003 en tant que monde virtuel en ligne où les joueurs, représentés comme des avatars, se créent une « seconde vie ». Ce n’est pas vraiment un jeu car il n’y a pas d’objectifs définis ou de « conflit fabriqué », mais plutôt un espace virtuel où vous pouvez faire tout ce qui vous rend heureux.

Le fondateur de Second Life revient pour une autre fissure

La croissance a été forte dans les premières années et en 2013, quelque 36 millions de comptes avaient été créés avec un million d’utilisateurs se connectant chaque mois. En mai 2020, le PDG de Linden Lab, Ebbe Altberg, a déclaré que la communauté Second Life comptait environ 900 000 utilisateurs actifs par mois.

Les grandes technologies ont depuis sauté dans le train du métaverse, mais tout le monde n’est pas convaincu d’être capable de bien faire les choses.

« Personne n’a réussi à créer un monde virtuel comme Second Life », a déclaré Rosedale. « Les grandes technologies qui offrent des casques de réalité virtuelle et créent un métaverse sur leurs plateformes de modification du comportement axées sur la publicité ne créeront pas une utopie numérique magique et unique pour tout le monde », a-t-il déclaré, ajoutant que les mondes virtuels n’ont pas besoin d’être dystopies.