Moscou compte désormais 900 bus électriques en service

Moscou Compte Désormais 900 Bus électriques En Service

La transition vers la mobilité électrique ne se fera pas seulement à partir des voitures particulières, mais passera également par les transports en commun. Ainsi, la ville de Moscou, en Russie, compte déjà 900 bus électriques en service.

L’objectif de la ville est de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Il y a trois ans, la capitale russe massait la mobilité électrique avec l’arrivée d’un nouvel ensemble de bus électriques produits par le constructeur Kamaz. Depuis lors, Moscou a amélioré sa dépendance aux combustibles fossiles et diminué ses émissions.

Aujourd’hui, juste à temps pour les festivités, la ville a reçu son 900e bus électrique, qui circulera, ces prochains jours, sur la route sud de la ville, décorée de lumières. Ainsi, Moscou aborde le futur où elle disposera d’une flotte de mille bus électriques.

La Russie finance des projets visant à développer, renforcer les infrastructures de transport urbain afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de ces incitations, Moscou a déjà acheté 300 véhicules électriques.

Désormais, les bus électriques garantiront 66 itinéraires dans la ville de Moscou, couvrant une distance de près de 800 kilomètres. Depuis trois ans qu’ils sont en service, les bus électriques ont déjà transporté 150 millions de passagers. En fait, cette année seulement, environ 77 millions de personnes ont été transportées.

Le remplacement d’un bus par un bus électrique réduit les émissions dans l’atmosphère de 190 à 260 kg par an et les émissions de CO2 de 60 tonnes en moyenne par an. Cela signifie que nous respirerons un air encore plus pur à Moscou, ce qui est très important pour l’immunité des adultes et des enfants.

A déclaré Maksim Liksutov, vice-président de la ville de Moscou.

Parallèlement au service de transport public électrique, Moscou développe des infrastructures de recharge afin de dynamiser la mobilité électrique des voitures particulières. S’il y a aujourd’hui environ 150 structures, d’ici fin 2023 ce nombre devrait passer à 500.

A lire aussi :