L’air de Tchernobyl est 47 % moins radioactif grâce à une nouvelle technologie

L'air De Tchernobyl Est 47 % Moins Radioactif Grâce à

Tchernobyl a été le théâtre de l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire, en 1986. Les conséquences se sont fait sentir alors, se font sentir aujourd’hui et se feront encore sentir pendant de nombreuses années, à différents niveaux. Pourtant, une nouvelle technologie a pu réduire la radioactivité dans l’air de 47 %.

La réduction des rayonnements à des niveaux normaux sera possible dans cinq ans, au lieu des 24 000 estimés.

Une entreprise suisse axée sur la production et la commercialisation de solutions technologiques durables sur le plan environnemental, Exlterra (Excellence for Earth), en collaboration avec une entreprise publique ukrainienne spécialisée dans le domaine du rayonnement et de la surveillance de l’environnement dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, l’écocentre d’entreprise spécialisé d’État (Ecocentre SSE ) ), a réussi à réduire le rayonnement dans le sol et l’air dans la région.

La technologie appelée Nucleus Separation Passive System (NSPS) a été testée sur une surface de 1 hectare entre novembre 2019 et septembre 2020. Au terme de cette période, les niveaux de contamination des sols par rayonnement ont été réduits de 37%, et ceux dans l’air de 47%.

Bien qu’il soit possible de visiter le site, il faudra 24 000 ans pour que les éléments radioactifs se décomposent naturellement. Cependant, compte tenu des résultats des tests, la nouvelle technologie d’Exlterra pourrait réduire cette période à environ cinq ans.

Des experts pleins d’espoir quant à la nouvelle technologie utilisée à Tchernobyl

La technologie NSPS utilise des concepts de physique des particules et d’énergie nucléaire sans l’utilisation de produits chimiques ou de matériaux nocifs pour l’environnement, afin de lutter contre la contamination radioactive grave et d’accélérer la décomposition des éléments radioactifs.

De plus, la technologie tire parti des particules à grande vitesse pour diriger cette force naturelle vers les isotopes radioactifs dans le sol et briser les liens qui les unissent. Une fois que ces particules à grande vitesse entrent en contact avec l’isotope radioactif, elles se fixent à un électron et renvoient la matière radioactive à sa matière d’origine.

Tchernobyl

Les niveaux de rayonnement ont été mesurés à des distances de cinq centimètres et d’un mètre du sol, tandis que l’échantillonnage du sol a été effectué à une profondeur de 100 centimètres sous la surface.

Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif à long terme : ramener la zone installée aux niveaux de référence ou naturels cinq ans après la fin de l’installation.

A déclaré Frank Muller, PDG d’Exlterra.

Ces résultats sont remarquables. C’est la première fois en 35 ans qu’une telle technologie parvient à réduire de manière aussi significative le niveau de radioactivité dans le sol et l’air. C’est un véritable espoir pour toute la région…

A déclaré Sergiy Kireiev, directeur général de l’écocentre SSE de Tchernoby.