Facebook a supprimé un réseau sans vax qui coordonnait les attaques sociales contre les profils de médecins et de politiciens

Facebook A Supprimé Un Réseau Sans Vax Qui Coordonnait Les

L’initiative derrière les pages sociales bloquées est la même que la police a frappée il y a quelques jours avec des fouilles de certains des participants.

Le groupe de coordination no-vax basé sur l’escouade numérique V_V a été supprimé des serveurs de Facebook. Dans ces heures, le réseau social a rendu inaccessibles les pages sociales sur lesquelles la frange d’antivaccins discutait et coordonnait la mise en œuvre de stratégies de brigadage, ou de rafles visant les interventions sociales de cibles convenues, comme des médecins et des politiciens qui s’exprimaient en faveur des vaccins contre le Covid-19. Basées sur des commentaires et des menaces de masse, ces activités ont généralement pour but de détourner le débat en cours autour d’un sujet donné, de faire supprimer totalement le contenu visé ou d’intimider l’auteur pour le dissuader de s’exprimer davantage sur le sujet. .

L’initiative derrière les pages sociales bloquées est la même que la police a frappée il y a quelques jours avec des fouilles de certains des organisateurs et des participants. Baptisée V_V, l’organisation a recruté de nouveaux participants sur les réseaux sociaux pour les rediriger ensuite vers les chaînes Telegram sur lesquelles elle a organisé des actions dérangeantes dans le monde numérique et au-delà. En effet, selon les reconstitutions qui ont émergé des enquêtes menées par les procureurs de Gênes et de Turin, parmi les actions convenues au sein des groupes, il y avait également des actes de sabotage, de dégradation et de vandalisme contre les centres de vaccination anti-Covid-19.

Aujourd’hui, après les perquisitions de ces derniers jours, l’organisation a perdu son principal point de rencontre sur Facebook, ainsi que l’un des principaux canaux de recrutement de nouveaux « Guerriers ». Cependant, l’étendue exacte de l’opération n’est pas claire : pour les responsables de la sécurité du groupe Meta, les algorithmes de modération et de revue du réseau social ont pris des mesures non seulement en bloquant l’accès aux groupes de coordination, mais aussi contre les commentaires et contre les profils qui ont enfreint les règles du réseau social. D’autre part, la société a également précisé que les contenus supprimés n’étaient que ceux explicitement liés à l’activité de brigandage – ou à l’expression coordonnée de menaces et troubles sociaux – tandis que les autres contenus exprimés par le groupe ou par ses membres.