Stellantis : le PDG pense que le coût de l’électricité dépasse les limites des fabricants

Stellantis : Le Pdg Pense Que Le Coût De L'électricité

Bien que l’adoption de la voiture électrique par les masses soit la solution largement évoquée pour réduire l’empreinte carbone mondiale, les constructeurs, les organisations et les responsables s’opposent à cette transition efficace, en précisant leurs raisons. Le PDG de Stellantis, par exemple, a déjà déclaré que les tramways devaient être plus abordables.

Maintenant, il évoque à nouveau le sujet, affirmant que les coûts associés aux véhicules électriques dépassent les limites des constructeurs.

Les gouvernements et les investisseurs ont fait pression sur les constructeurs automobiles pour accélérer la transition vers la mobilité électrique. Cependant, Carlos Tavares, PDG du groupe Stellantis, affirme que les coûts associés à ce changement dépassent ses limites.

Cependant, la pression externe qui s’est exercée sur les constructeurs pour accélérer le passage aux véhicules électriques menace les emplois garantis par l’industrie, ainsi que la qualité des véhicules. En effet, ils ont du mal à gérer les coûts plus élevés associés à la construction de modèles électriques.

Dans une interview à Reuters, le PDG de Stellantis a révélé qu’il avait été décidé « d’imposer à l’industrie automobile une électrification qui entraîne 50 % de surcoûts par rapport à un véhicule classique ».

Il n’y a aucun moyen de transférer 50 % des coûts supplémentaires au consommateur final, car la plupart de la classe moyenne n’en a pas les moyens.

Référé Carlos Tavares.

Stellantis

De l’avis du PDG de Stellantis, les fabricants ont besoin de temps pour tester et s’assurer que la nouvelle technologie fonctionne et peut être vendue aux clients. Par conséquent, la pression visant à accélérer le processus ne sera « que contre-productive » et pourrait générer des problèmes de qualité.

Au cours des cinq prochaines années, nous devons atteindre une productivité de 10 % par an… dans une industrie habituée à fournir une productivité de 2 à 3 %.

Carlos Tavares a déclaré, ajoutant que « l’avenir nous dira qui parviendra à digérer cela et qui échouera ».

Nous poussons l’industrie dans ses derniers retranchements.

Plus que cela, le PDG de Stellantis estime que les gouvernements doivent réorienter les politiques climatiques vers le nettoyage du secteur de l’énergie et le développement des infrastructures de recharge des véhicules électriques.

A lire aussi :