Renault rejoint Vulcan Energy pour produire des batteries « plus vertes »

Renault Rejoint Vulcan Energy Pour Produire Des Batteries « Plus

Les voitures électriques ne seront pas à elles seules une solution viable pour lutter contre le changement climatique. En effet, les fabricants doivent prendre en compte l’ensemble de la chaîne de valeur, en l’adaptant aux besoins de la planète. Dans ce cadre, Renault a signé un accord avec Vulcan Energy.

Ensemble, ils produiront des batteries « plus vertes » pour les voitures électriques.

La transition vers la mobilité électrique, afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone, ne peut pas uniquement inclure la vente de voitures électriques. En d’autres termes, les émissions associées à tous les processus de la chaîne de valeur doivent être éliminées. En effet, le cycle de vie des batteries qui équipent les voitures électriques fait encore débat.

Pour réaliser des composants associés à une quantité moindre d’émissions, Renault a noué un partenariat avec Vulcan Energy. Bien que le premier accord ait eu lieu en août, l’accord final a été signé le 20 novembre.

Vulcan Energy sera le fournisseur de Renault

Dans le cadre de cet accord, Renault achètera 26 000 et 32 ​​000 tonnes de lithium « vert » à Vulcan Energy, c’est-à-dire obtenu grâce à des procédés plus durables sur le plan environnemental. Le fournisseur utilise l’énergie géothermique pour transformer le lithium extrait de la terre en lithium traité destiné à être utilisé dans les batteries de voitures électriques.

Ainsi, Renault évitera entre 300 et 700 kg d’émissions de CO2 pour 50 kWh.

Renouveler les batteries

L’accord d’approvisionnement entrera en vigueur en 2026 et devrait durer six ans. Ensuite, les prix facturés seront basés sur ceux qui seront disponibles à ce moment-là.

Cette initiative et l’accord qui en découle entre Renault et Vulcan Energy s’inscrivent dans la volonté croissante des constructeurs de devenir indépendants en termes de production de batteries, ainsi qu’en termes de chaîne de valeur. Après tout, Renault souhaite que 90 % de ses ventes correspondent à des modèles électrifiés d’ici 2030, il veut donc s’assurer qu’il produira suffisamment de batteries pour tous les véhicules électriques et hybrides qu’il souhaite vendre.

A lire aussi :