COVID-19 : un médicament de Pfizer réduit le risque d’hospitalisation et de décès

Covid 19 : Un Médicament De Pfizer Réduit Le Risque D'hospitalisation

Après les vaccins, nous commençons maintenant à entendre parler de médicaments contre le COVID-19. Le Royaume-Uni est récemment devenu le premier pays au monde à délivrer un permis d’utilisation conditionnelle pour une pilule antivirale contre le COVID-19.

Pfizer affirme avoir déjà un médicament qui réduit de 90 % le risque d’hospitalisation et de décès !

Le médicament de Pfizer a déjà été testé sur 775 adultes…

Pfizer a révélé vendredi dernier que son médicament antiviral expérimental contre le covid-19 réduisait d’environ 90 % le risque d’hospitalisation ou de décès chez les patients présentant des comorbidités.

Le fabricant de médicaments a annoncé qu’il demanderait à l’agence américaine du médicament (FDA) et aux régulateurs internationaux d’autoriser l’utilisation de son médicament dès que possible.

Rappelons que jeudi dernier, le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à délivrer une autorisation d’utilisation conditionnelle d’une pilule antivirale contre le covid-19 développée par le laboratoire pharmaceutique Merk, qui sera disponible pour les plus de 18 ans. La pilule de Merk est déjà en cours d’examen par la FDA, après des premiers résultats encourageants.

L’existence de pilules antivirales pour traiter le COVID-19 précocement « serait une avancée très importante », a déclaré John Mellors, chef du département des maladies infectieuses de l’Université de Pittsburgh, qui n’a pas participé à l’étude Pfizer et qui a été suivi par un panel d’experts indépendants.

COVID-19 : un médicament de Pfizer réduit le risque d'hospitalisation et de décès

Pfizer a récemment publié les résultats préliminaires de son étude sur le nouveau médicament antiviral impliquant 775 adultes. Les patients qui ont reçu le médicament de Pfizer en association avec un autre antiviral peu de temps après avoir présenté les symptômes de la maladie ont présenté une réduction de 89 % du taux d’hospitalisations ou de décès après un mois, par rapport au groupe de patients ayant pris le placebo.

Moins de 1% des patients qui ont pris le médicament ont dû être hospitalisés et aucun n’est décédé. Dans le groupe de comparaison, 7 % des personnes ont été hospitalisées et sept sont décédées.

Les participants à cette étude n’étaient pas vaccinés, présentaient des symptômes légers à modérés et COVID-19, et étaient considérés comme à haut risque d’hospitalisation en raison de problèmes de santé tels que l’obésité, le diabète ou les maladies cardiaques.

A lire aussi…