L’UE veut forcer Apple à ouvrir les iPhones à d’autres systèmes de paiement

L'ue Veut Forcer Apple à Ouvrir Les Iphones à D'autres

L’antitrust européen enverra une « déclaration des griefs » à Apple pour violation du droit de la concurrence. Sous enquête l’utilisation restrictive de la puce NFC (Near Field Communication) sur ses appareils, nécessaire pour les paiements sans contact, mais inutilisable pour les autres systèmes de paiement, qui sont automatiquement bloqués.

Les régulateurs européens de la concurrence sont prêts à blâmer Apple pour ses pratiques anticoncurrentielles concernant l’utilisation restrictive de la puce NFC (Near Field Communication) sur ses appareils, nécessaire aux paiements sans contact. Après suppression du service Pay créé par l’entreprise, la technologie NFC est inutilisable pour les autres systèmes de paiement, qui sont automatiquement bloqués.

D’où vient la disposition européenne

En juin 2020, le géant de Cupertino s’était retrouvé au centre des enquêtes menées par la Commission européenne pour le refus d’ouvrir son système de paiement à des concurrents. En d’autres termes, l’accusation portée contre Apple concernait l’avantage concurrentiel sur la concurrence qu’elle aurait acquis en exerçant un contrôle indiscriminé sur l’App Store et Apple Pay. A cette occasion, Margaret Vestager, vice-présidente de la Commission et commissaire à la concurrence, a souligné la nécessité d’enquêter sur l’affaire, car ce type de transaction « se développe rapidement, accéléré par une pandémie qui pousse de plus en plus dans le sens des paiements espacés ». . , en ligne ou sans contact ».

Comment l’UE évoluera

Apparemment, les agents antitrust européens devraient envoyer une « déclaration des griefs » à la plate-forme l’année prochaine. Il s’agit du premier document envoyé par la Commission aux entreprises qui, sur la base des informations recueillies lors de l’enquête préliminaire, sont réputées avoir enfreint les dispositions relatives aux règles de concurrence. Selon le règlement de la Commission européenne, les entreprises qui enfreignent le droit à la concurrence peuvent encourir une amende pouvant atteindre 10 % du chiffre d’affaires annuel global de l’entreprise. En calculant le chiffre d’affaires d’Apple pour 2020, l’amende s’élèverait à 27,4 milliards de dollars.