Chargeur commun pour les smartphones dans l’UE ? Il existe déjà un projet de loi à cet égard

Chargeur Commun Pour Les Smartphones Dans L'ue ? Il Existe

La question des chargeurs communs pour tous les appareils électroniques a été l’un des sujets sur la table de la Commission européenne. L’objectif ultime est de réduire les déchets électroniques et, dans une certaine mesure, la frustration des consommateurs finaux. La vérité est qu’il y a des entreprises qui ont déjà choisi de ne laisser que le câble à l’intérieur des boîtiers des nouveaux appareils, abandonnant l’adaptateur actuel, mais la Commission veut aller plus loin.

Comme prévu, la proposition de chargeur commun a été avancée aujourd’hui.

La Commission européenne a présenté aujourd’hui une autre proposition pour lutter contre les déchets électroniques et les désagréments pour les consommateurs causés par la multiplication de chargeurs différents et incompatibles pour les appareils électroniques.

Au cours des 10 dernières années, les travaux de la Commission ont déjà permis de réduire le nombre de chargeurs de téléphones portables de 30 à trois, mais cela ne représente toujours pas une solution complète. La Commission a maintenant, comme prévu, présenté une législation visant à établir une solution de recharge commune pour tous les appareils concernés.

La consommation, la création de déchets électroniques et le chargeur commun

En 2020, environ 420 millions de téléphones mobiles et autres appareils électroniques portables ont été vendus dans l’UE. En moyenne, chaque consommateur dispose de trois chargeurs de téléphone portable, dont il en utilise deux régulièrement. Malgré cela, 38% des consommateurs ont eu au moins une fois des problèmes de ne pas pouvoir recharger leur téléphone portable, car les chargeurs disponibles étaient incompatibles.

La situation est non seulement gênante mais aussi coûteuse pour les consommateurs, qui dépensent environ 2,4 milliards d’euros par an en chargeurs autonomes qui ne sont pas vendus avec des appareils électroniques. De plus, on estime que les chargeurs mis au rebut et non utilisés représentent jusqu’à 11 000 tonnes de déchets électroniques par an.

Image du chargeur Samsung et logo Apple

Afin de relever les défis pour les consommateurs ainsi que pour l’environnement, la Commission soutient depuis 2009 une solution de recharge commune pour les téléphones portables et les appareils électroniques similaires.

La Commission a commencé par faciliter un accord volontaire de l’industrie en 2009, qui a abouti à l’adoption du premier protocole d’accord et a conduit à la réduction du nombre de solutions de recharge existantes pour les téléphones mobiles sur le marché de 30 à trois. Après l’expiration du protocole en 2014, le secteur a présenté une nouvelle proposition en mars 2018, qui a été jugée insatisfaisante, car elle ne constituait pas une solution de recharge commune, n’améliorait pas le confort des consommateurs et ne réduisait pas les déchets électroniques.

La solution : USB Type-C

Avec la révision proposée aujourd’hui de la directive sur les équipements radio, le port de charge et la technologie de charge rapide seront harmonisés : le port standard pour tous les téléphones intelligents, tablettes, appareils photo, écouteurs, haut-parleurs portables et consoles de jeux vidéo portables deviendra USB-C.

Xiaomi predit la fin des ports de charge sur les

La Commission propose également de séparer la vente de chargeurs de la vente d’appareils électroniques. Cette mesure améliorera le confort des consommateurs et réduira l’empreinte environnementale associée à la production et à l’élimination des chargeurs, soutenant ainsi les transitions vertes et numériques.

C’est, en fait, une action que l’on voit déjà Samsung, Xiaomi et Apple avec la vente de leurs meilleurs smartphones et qui, malgré beaucoup de controverses, se passe plutôt bien, encore plus, car de nombreux consommateurs ont déjà des chargeurs compatibles disponibles chez domicile.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de Une Europe prête pour l’ère numérique, a déclaré :

Assez de frustration pour les consommateurs européens à cause des chargeurs incompatibles qui s’entassent dans leurs tiroirs. Nous avons donné beaucoup de temps à l’industrie pour trouver ses propres solutions, le moment est venu de prendre des mesures législatives pour un chargeur commun. C’est une victoire importante pour nos consommateurs et notre environnement, et c’est en ligne avec nos ambitions vertes et numériques.

Le commissaire Thierry Breton, responsable du marché intérieur, a déclaré :

Les chargeurs alimentent tous nos appareils électroniques essentiels. Avec de plus en plus d’appareils, on vend de plus en plus de chargeurs qui ne sont ni interchangeables ni nécessaires. Finissons-en. Avec notre proposition, les consommateurs européens pourront utiliser un seul chargeur pour tous leurs appareils électroniques portables — une étape importante vers une plus grande commodité et une réduction des déchets.

La proposition de la Commission relative à l’expéditeur commun

  • Port de charge harmonisé pour les appareils électroniques : le port commun sera USB-C. Ainsi, les consommateurs pourront recharger leurs appareils avec le même chargeur USB-C, quelle que soit leur marque.
  • Technologie de charge rapide harmonisée : aidera à empêcher différents fabricants de limiter de manière déraisonnable la vitesse de charge et aidera à garantir que la vitesse de charge est identique lors de l’utilisation de tout chargeur compatible avec un appareil.
  • Ventilation de la vente d’un chargeur de la vente de l’appareil électronique : les consommateurs pourront acheter un nouvel appareil électronique sans nouveau chargeur. Cela limitera le nombre de chargeurs indésirables achetés ou inutilisés. On estime que la réduction de la production et de l’élimination de nouveaux chargeurs réduira la quantité de déchets électroniques de près d’un millier de tonnes par an.
  • Une meilleure information pour les consommateurs : les producteurs devront fournir des informations pertinentes sur les performances de charge, y compris des informations sur la puissance requise par l’appareil et s’il permet une charge rapide. Cela permettra aux consommateurs de voir plus facilement si leurs chargeurs existants répondent aux exigences du nouvel appareil ou les aidera à choisir un chargeur compatible.

Avec les autres mesures, cela permettra aux consommateurs de limiter le nombre de nouveaux chargeurs achetés et d’économiser 250 millions d’euros par an en achetant des chargeurs inutiles.

La révision de la directive sur les équipements radio fait partie d’une action plus large de la Commission sur la durabilité des produits, en particulier l’électronique sur le marché de l’UE, qui sera au centre d’une future proposition sur les produits durables.

Et après la proposition ?

La proposition présentée aujourd’hui pour réviser la directive sur les équipements radio devra désormais être adoptée par le Parlement européen et le Conseil selon la procédure législative ordinaire (codécision). Le secteur aura amplement le temps de s’adapter avant l’entrée en vigueur grâce à une période de transition de 24 mois à compter de la date d’adoption.

Image des différents ports de charge Apple

Pour arriver à un chargeur commun, une interopérabilité totale est requise des deux côtés du câble : l’appareil électronique et l’alimentation externe.

L’interopérabilité au niveau du terminal est de loin le plus grand défi et sera atteint avec la proposition d’aujourd’hui. L’interopérabilité de l’alimentation électrique externe sera abordée lors d’une révision du règlement sur l’écoconception. Cette révision sera lancée plus tard cette année, afin que son entrée en vigueur puisse être alignée sur la proposition d’aujourd’hui.