Le piratage de journaux entraîne des pertes de 3,5 millions d’euros (en août)

Le Piratage De Journaux Entraîne Des Pertes De 3,5 Millions

Ces dernières années, le « piratage » des journaux et des magazines s’est intensifié. Dans la pratique, ce type de contenu est partagé illégalement sur les réseaux sociaux, avec l’accent principal sur WhatsApp et Telegram.

L’analyse a été faite par Visapress, qui a garanti être « engagé » dans la lutte contre le partage illégal de journaux et de magazines, rappelant qu’il s’agit d’un délit.

Il y a des journaux et magazines piratés sur les réseaux sociaux

Les médias nationaux ont enregistré des pertes potentielles de plus de 3,5 millions d’euros en août, dues au partage de journaux et magazines sur les réseaux sociaux, a conclu une analyse de Visapress, publiée aujourd’hui.

Selon les données de l’entité chargée de la gestion collective des droits d’auteur dans les journaux, magazines et journalistes, recueillies auprès des principaux groupes Telegram dédiés au partage des publications distribuées au Portugal, « il était également possible de voir que, en moyenne, par jour sont partagés [nas redes sociais] 88 éditions ».

Après tout, l’État a été lésé (pour le seul mois d’août) par plus de 200 000 euros de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui n’ont pas été perçus, du fait du partage illégal de contenus sur Internet précité.

Le piratage de journaux entraîne des pertes de 3,5 millions d'euros (en août seulement)

Carlos Eugénio, directeur exécutif de Visapress, rappelle qu’« une mesure conservatoire a été prononcée contre Telegram en novembre 2020, et qu’il est essentiel que le projet de loi 706, pour lutter contre le piratage, qui est actuellement en discussion dans la spécialité à l’Assemblée de la République, monter en plénière pour le vote final ».

Visapress met le Gouvernement au défi de s’engager rapidement en faveur de la liberté de la presse à travers la création de lois permettant de lutter contre le piratage et le partage de contenus éditoriaux, notamment sur les réseaux sociaux.

A lire aussi…