La « taxe Netflix » pourrait rapporter environ 1,2 million d’euros à l’Etat

La "taxe Netflix" Pourrait Rapporter Environ 1,2 Million D'euros à

En octobre 2020, il y a eu une révision de la loi sur le cinéma. Cependant, le point culminant a été la création d’une nouvelle redevance annuelle de 1% pour les plateformes de streaming (Netflix, HBO, Disney+ et Amazon) et également pour le délai fixé pour la transmission de contenus pornographiques.

Selon des données récentes, l’État prévoit de percevoir environ 1,2 million d’euros avec ce nouveau tarif, qui a été appelé tarif Netflix.

En plus du « Netflix Fee », il y a plus d’actualités…

Le projet de loi 44/XIV a déjà été approuvé et adopté en octobre 2020. Alors que les plateformes de streaming (Netflix, HBO, Disney+, Apple+ et Youtube) sont soumises à une redevance de 1% (« netflix fee ») sur les revenus, l’Institut du Cinéma et de l’Audiovisuel (ICA) estime qu’elle va lever entre 1 million et 1,2 million d’euros. L’estimation a été transmise au CEO par une source officielle de l’ICA.

Conformément aux dispositions de la nouvelle réglementation de la Loi Cinéma et, notamment en ce qui concerne le taux de 1% applicable aux opérateurs de services audiovisuels à la demande par abonnement, l’ICA estime que le chiffre d’affaires prévu pour 2022 sera compris entre 1,0 [milhões] et 1,2 millions d’euros

Le produit de la collecte de cette redevance « Netflix » revient aux revenus propres de l’Instituto do Cinema e Audiovisual (ICA). S’il n’est pas possible de déterminer la valeur des revenus pertinents de ces opérateurs, « il est supposé que la redevance annuelle est d’un million d’euros ».

La "taxe Netflix" pourrait rapporter environ 1,2 million d

Comme évoqué ici, les plateformes de streaming Netflix, HBO, Disney+, Apple+ et Youtube auront toujours l’obligation d’investir dans le cinéma et l’audiovisuel au Portugal, à l’instar de ce qui se passe déjà avec d’autres opérateurs.

Il est défini que l’obligation d’investissement s’exerce en « totale liberté de choix » et, s’il n’est pas possible de déterminer la valeur des revenus pertinents des opérateurs, la valeur annuelle d’investissement est fixée à quatre millions d’euros.

La redevance d’écoute de 4 % sur la diffusion publicitaire sur les chaînes de télévision, dont la redevance revient à l’ACI, inclut désormais les services des plateformes de partage de vidéos, comme Youtube. Les frais d’abonnement aux services de télévision fournis, par exemple, par NOS, MEO et Vodafone sont maintenus.

Une autre mesure est liée au contenu pornographique. Avec la nouvelle loi, ce type de contenu ne peut être transmis par les chaînes et les plateformes de partage de vidéos qu’entre 0h00 et 6h00.

A lire aussi…