Le pilote automatique des voitures Tesla fait l’objet d’une enquête : trop d’accidents avec les véhicules d’urgence

Le Pilote Automatique Des Voitures Tesla Fait L'objet D'une Enquête

Les autorités américaines ont lancé une enquête sur le constructeur et son système de conduite semi-autonome Autopilot : les données de 11 accidents survenus dans des circonstances très similaires laissent penser que la solution technologique du groupe d’Elon Musk présente des dysfonctionnements dans certains scénarios d’utilisation.

Les voitures électriques Tesla ont été considérées pendant des années comme la chose la plus proche du concept de conduite autonome sur le marché, mais les laisser prendre entièrement le siège du conducteur n’est pas sûr. Le dernier avertissement vient d’une enquête ouverte par les autorités américaines contre le constructeur et la précision de son système Autopilot – l’ensemble de capteurs, de puces et de logiciels qui permet aux véhicules de s’orienter dans l’espace qui les entoure. La National Highway Traffic Safety Administration a examiné 11 cas d’accidents survenus ces dernières années, impliquant dans tous les cas des véhicules d’urgence rencontrés sur la route par des véhicules appartenant au groupe d’Elon Musk ; l’hypothèse est que dans ce type de scénario Autopilot rencontre des problèmes structurels qu’il convient donc d’étudier.

Les incidents qui ont poussé la NHTSA à ouvrir des enquêtes se caractérisent par des dynamiques très similaires. Dans tous les cas, les voitures ont été réglées en mode de conduite automatique ou assistée, et dans tous les cas, elles sont entrées en collision la nuit avec un ou plusieurs véhicules d’urgence – tels que des camions de pompiers, des ambulances et des véhicules de l’autorité. L’une des hypothèses est que le système hardware-software créé par Tesla a du mal à gérer l’imprévu d’un véhicule arrêté sur la route et en même temps désorienté par les feux clignotants des véhicules de secours et d’assistance.

Une éventuelle confirmation viendra de l’enquête qui se déroulera en deux phases : dans la première, les données statistiques de plus de 750 000 véhicules produits de 2014 à ce jour seront analysées à la recherche d’éventuels accidents ; si les informations permettent à la NHSTSA de douter de la fiabilité du pilote automatique dans certaines conditions, les techniciens feront des recherches plus approfondies pour comprendre pourquoi. Si les conclusions confirment les hypothèses des enquêteurs, la NHTSA pourrait imposer des restrictions sur l’utilisation du mode Pilote automatique sur les voitures Tesla, pour éviter qu’il ne soit activé dans des endroits ou des situations où il pourrait être risqué.