Facebook : PJ arrête un homme qui a convaincu des mineurs de partager des photos

Facebook : Pj Arrête Un Homme Qui A Convaincu Des

Internet, en particulier les réseaux sociaux, comme Facebook, sont venus exposer encore plus la vie des gens. En plus du partage de photos que des millions d’utilisateurs font quotidiennement, il existe encore des « schémas » d’escrocs et de psychopathes dans le domaine de la sexualité.

Ce vendredi, la Police Judiciaire (PJ) a arrêté un habitant d’Ovar qui menaçait de partager les photographies des victimes sur internet.

Homme se faisant passer pour quelqu’un d’autre sur Facebook

La PJ, par l’intermédiaire du Département des enquêtes criminelles d’Aveiro, a identifié et détenu un homme de 30 ans, un ouvrier d’usine, pour des preuves solides de coercition sexuelle et de pédopornographie sur Facebook, dont de jeunes victimes ont été victimes d’adolescents âgés de 13 à 13 ans. 16 ans.

Selon les informations, le suspect connaissait les victimes via Facebook, ayant créé un profil avec un nom d’utilisateur fictif et une photographie d’un adolescent prise sur Internet, avec des caractéristiques captivantes pour les adolescentes, afin de leur faire croire qu’elles communiquaient. avec un jeune adolescent de sa tranche d’âge ou proche.

Facebook : PJ arrête un homme qui a convaincu des mineurs de partager des photos à caractère sexuel

Après avoir gagné la confiance de mineurs sur Facebook, il les a persuadés de lui envoyer des fichiers d’images à caractère sexuel et pornographique, dans lesquels ils se montraient nus. Lorsque les victimes se sont rendu compte qu’elles étaient trompées, elles ont interrompu les communications avec le suspect, ce qui l’a amené à exiger qu’elles continuent de lui envoyer des photographies avec le contenu précité, sous peine de divulguer celles qu’il avait déjà sur internet en sa possession.

Dans le cadre de l’opération menée par la PJ, des fichiers images de pornographie mineure ont été saisis et des centaines de conversations avec des adolescents, sur les réseaux sociaux, liées à leur activité illégale ont été saisies.

Le détenu a été présenté aux autorités judiciaires compétentes pour un interrogatoire judiciaire, après avoir appliqué les mesures de contrainte de présentations bihebdomadaires au poste de police dans la zone de résidence, d’interdiction de contact avec les victimes et d’obligation de traitement psychiatrique.

A lire aussi…