Un incendie dans l’océan au Mexique causé par une fuite de gaz

Pemex

Le Mexique a été témoin d’un événement effrayant en mer. En raison d’une fuite de gaz, un incendie s’est déclaré à la surface de l’océan, transformant une vaste étendue d’eau en enfer et recrutant d’énormes navires pour tenter d’étouffer les flammes.

Sur les réseaux sociaux, le feu était connu sous le nom d’« œil de feu » (en portugais, œil de feu).

Hier, a surpris le Mexique avec un incendie qui s’est déclaré à la surface de l’océan. Cela a résulté d’une fuite de gaz d’un pipeline sous-marin et a transformé une vaste étendue d’eau en un enfer bouillant.

Les enregistrements vidéo de l’incendie montrent des moments effrayants et incroyables. Pour le combattre, trois énormes navires ont été appelés.

Feu au milieu de l’océan

L’incendie s’est produit près de la péninsule du Yucatan, sur une plate-forme pétrolière offshore appartenant à Pemex, une entreprise publique. Ayant explosé à 5h15 heure locale, il a enflammé les eaux à 150 mètres de la plate-forme. Plus que cela, cela n’a entraîné aucune blessure ou mort humaine, et n’a entraîné aucune évacuation. La compagnie a déclaré que les conditions normales d’exploitation ont été rétablies à 10 h 45, heure locale.

Selon le chef du régulateur mexicain de la sécurité pétrolière, l’incident « n’a généré aucun déversement ». Cependant, il n’a pas révélé ce qui aurait pu causer l’incendie au milieu de l’océan, ni ce qui brûlait exactement.

À son tour, une source anonyme a déclaré à Reuters que « les turbomachines des installations de production de Ku Maloob Zaap ont été affectées par un orage électrique et de fortes pluies ». Cette déclaration n’a pas encore été confirmée par les experts.

Heureusement, l’incendie ne semble pas avoir eu un impact généralisé. Cependant, les conséquences associées aux espèces locales restent floues.

Pourtant, Pemex a une longue histoire d’accidents industriels similaires. En sept ans, plus de 100 personnes sont mortes à la suite d’incendies et d’explosions associés à Pemex.