Trouvailles de nouveaux matériaux qui pourraient remplacer le lithium grâce à l’IA

Encuentran nuevos materiales que podrían acabar con el litio: ha sido gracias a la IA

IA a aidé à accroître la recherche sur les différentes alternatives au lithium

Nouveaux matériaux qui pourraient mettre fin au lithium : grâce à l'IA
L’IA est de plus en plus un allié significatif dans les études scientifiques

Tandis que le lithium gagne du terrain sur l’hydrogène dans la fusion nucléaire, il y a des endroits où l’on cherche à ce qu’il perde peu à peu sa place, et ce n’est pas sans raison. Bien que les batteries au lithium soient très utiles dans notre vie quotidienne pour les téléphones mobiles et les voitures électriques, la réalité est que leur production est polluante et qu’il faut beaucoup plus de lithium que ce qui est produit. Ainsi, des alternatives telles que les batteries au sodium ont été recherchées. C’est dans le cadre de cet effort qu’un groupe de chercheurs, soutenus par l’IA, ont réussi à trouver des alternatives pour réduire l’utilisation du lithium dans les batteries.

Un pari sur l’avenir

Dans un effort pour relever le grand défi associé à la demande croissante et à la durabilité des batteries au lithium-ion, un projet commun entre Microsoft et le Laboratoire national du Nord-Ouest du Pacifique (PNNL) a atteint un jalon qui sera totalement crucial pour le développement de ce matériau et d’alternatives beaucoup plus écologiques. Du moins, c’est ce que démontre une préimpression publiée sur arXiv.org par les deux entreprises.

En grande partie, cela doit être attribué à l’intelligence artificielle et à sa capacité à gérer un niveau élevé d’informations avec des performances beaucoup plus élevées que celles que des humains pourraient passer en revue. Elle a analysé plus de 32 millions de matériaux inorganiques, réduisant la liste à 18 candidats prometteurs en seulement 80 heures, alors que les humains auraient mis plusieurs vies pour accomplir ce processus.

Ses efforts ont conduit à la découverte d’un nouvel électrolyte solide qui incorpore à la fois des ions de sodium et de lithium. Cette découverte est remarquable car on pensait que la combinaison de ces deux types d’ions dans un seul système d’électrolyte solide était impossible, mais il semble que cela puisse être possible, ce que l’IA a confirmé et que l’expérimentation semble avoir corroboré en montrant à nouveau le profil intéressant que ces types d’assistants peuvent éclairer dans les recherches scientifiques.

D’autre part, ce nouveau matériau réduit le besoin de lithium jusqu’à 70%, offrant une alternative plus durable et moins dépendante de ressources naturelles rares et coûteuses à extraire, en plus, le processus de création des batteries au lithium est absolument dévastateur pour l’être humain, car il contribue à émettre des gaz qui favorisent le changement climatique.

Cette avancée a non seulement le potentiel de transformer la fabrication des batteries en la rendant plus durable, mais elle illustre également la puissance de l’IA et de l’informatique à haute performance pour accélérer la découverte de matériaux et l’innovation dans des domaines cruciaux pour l’avenir de l’humanité. Pour cette raison, c’est une excellente nouvelle de disposer de ce type de processus.

En résumé:

  • L’IA a été capable en 80 heures de choisir 18 candidats pour remplacer ou réduire le lithium dans les batteries.
  • Elle a même choisi certaines options qui semblaient à priori impossibles.
  • Cependant, l’expérimentation a plus tard donné raison à l’IA.
  • Il ne s’agit pas seulement d’une initiative qui améliorera la lutte contre le changement climatique, mais qui est également un pari en faveur de l’IA.