Le changement climatique s’accélérerait encore plus : ces études viennent confirmer l’inévitable

El cambio climático se estaría acelerando todavía más: estos estudios vienen a confirmar lo inevitable

La science et la technologie se rejoignent pour essayer de déterminer s’il y a eu une accélération dans le processus de changement climatique

Le changement climatique s'accélère encore plus : ces études viennent confirmer l'inévitable
L’étude du changement climatique pourrait révéler une accélération des effets | Image : DALL-E

La technologie cherche à ouvrir de nouvelles voies pour nous assurer une victoire dans la lutte effrénée contre le changement climatique. Ainsi, les moyens d’obtenir de l’hydrogène vert, de nouveaux moteurs plus durables et la recherche de sources d’énergie renouvelable propre sont les principales préoccupations actuelles. Cependant, il semble que le changement climatique s’accélère et que nous sommes proches de subir des conséquences encore plus importantes. C’est pourquoi des études montrent déjà des signes alarmants de cette situation.

Une accélération possible mais non concluante

Depuis les années 1960, chaque décennie a été plus chaude que la précédente, un modèle prédit par de nombreux modèles climatiques et qui, malheureusement, se sont avérés corrects. Cependant, la science laisse toujours des éléments à interprétation libre, ce qui a suscité un débat sur la question de savoir si ce phénomène s’accélère ou non.

James Hansen, ancien climatologue de la NASA, célèbre pour avoir été l’un des premiers à publier des articles mettant en garde contre le changement climatique, suggère dans une nouvelle étude pour la revue Oxford Climate Change que le taux de réchauffement mondial a augmenté de 50% depuis 2010, un chiffre initialement remis en question mais qui pourrait être vraisemblable.

Ce n’est pas la seule étude à pointer dans cette direction, Audrey Miniére, scientifique de l’environnement de l’Université Paul Sabatier en France, a dirigé une étude publiée dans la revue Nature qui a détecté des signes d’accélération du réchauffement des océans. Alors qu’au cours des années 1960, le réchauffement des océans était d’environ 0,15 watts par mètre carré (W/m2) par décennie, il est maintenant de 0,91 W/m2. Ces données ne sont pas totalement concluantes car les variations peuvent être importantes, mais elles indiquent une tendance concernant ce que nous savons sur le sujet.

Ainsi, avec nos moyens technologiques actuels, il est difficile d’affirmer que cette tendance s’accélère, mais elle semble aller dans cette direction.

Bien qu’il n’ait pas été confirmé de manière concluante cette accélération, il est clair que l’homme est sur le point de dépasser les 1,5 °C fixés par les engagements internationaux comme un point à ne pas dépasser. Cela entraîne des conséquences que nous pouvons déjà constater dans notre vie quotidienne, comme le climat imprévisible et l’existence de phénomènes atmosphériques plus marqués et plus violents que ce à quoi nous étions habitués jusqu’à présent. À cela s’ajoute le fait que le climat varie également naturellement et que nous nous rapprochons sans l’influence humaine d’une situation un peu plus instable que celle du climat optimal dans lequel se trouvaient certaines générations précédentes.

En résumé:

  • Plusieurs études suggèrent une accélération du changement climatique.
  • Le problème est que ces études ne donnent pas de données concluantes, mais inquiétantes.
  • Une tendance à la hausse est observable, bien qu’il soit impossible de confirmer avec certitude cette accélération.
  • Pendant ce temps, les engagements internationaux sont sur le point d’être dépassés.