Universidade do Minho: les outils Respondus enfreignent le RGPD

Universidade do Minho: Ferramentas “Respondus” violam RGPD

Respondus, un logiciel utilisé dans l’évaluation d’étudiants universitaires de Minho qui stocke des sons et des images, était en cours d ‘«enquête» par la Commission nationale de protection des données (CNPD).

Selon ce qui a été récemment révélé, la CNPD a conclu que l’outil est susceptible de violer le RGPD.

Dans Deliberation / 2021/662, la CNPD a analysé deux applications de surveillance à distance des étudiants lors des tests d’évaluation, le «  Lockdown Browser  » et le «  Respondus Monitor  », suite à une plainte concernant l’utilisation prévue de ce logiciel pour le temps des examens qui est sur le point de commencer.

D’après l’analyse qui a été effectuée, la CNPD a considéré que…

Lors d’une session d’examen, une grande variété de données personnelles est automatiquement traitée, de l’enregistrement permanent de l’étudiant via la webcam, en passant par la possibilité d’enregistrer du son, en utilisant des techniques d’analyse vidéo combinées à des normes biométriques qui permettent de surveiller le comportement en fonction de la détection faciale et de leur mouvements, ainsi que leurs interactions avec l’ordinateur à travers les mouvements du clavier et de la souris, les mesures des temps de réponse à chaque question, etc.

Universidade do Minho: les outils «Respondus» enfreignent le RGPD

Les étudiants sont tenus de télécharger ces applications pour les examens, et Respondus, Inc. est également censé collecter des échantillons d’enregistrements audio / vidéo à ses propres fins, sans obtenir le consentement des étudiants.

Les données personnelles sont hébergées aux États-Unis sur des serveurs Amazon.

Élimination des données personnelles collectées par Respondus

Selon la résolution, l’Université de Minho, qui a utilisé le logiciel, est mise en garde et doit ordonner l’élimination des données personnelles collectées.

La CNPD ordonne également à l’Université de demander à la société «Respondus» de supprimer «toutes les données personnelles qu’elle aurait pu collecter, si certains étudiants ont déjà installé les applications, et ils doivent rédiger le document de destruction des données et l’envoyer à la personne en frais de traitement ».

Lisez aussi…