Voici Rabbit, un petit lapin de pixels qui veut détruire ton smartphone

Questo è Rabbit, un coniglietto di pixel che vuole distruggere il tuo smartphone

À la CES de Las Vegas, la startup fondée par Jesse Lyu a présenté un assistant virtuel basé sur l’intelligence artificielle qui peut nous accompagner toute la journée. L’idée est intéressante, mais combien de temps faudra-t-il avant qu’elle soit copiée par une simple application ?

Le nom officiel est R1, Rabbit 1. Ceux qui l’ont tenu disent qu’il est aussi grand qu’un bloc-notes Post-It. Il a un écran tactile de 2,88 pouces, un microphone, une molette de défilement et une caméra rotative. Rabbit a été l’un des rares appareils qui a donné un sens au CES, le salon de l’électronique qui se tient chaque année à Las Vegas. Dans ce secteur, ces grands événements sont devenus presque marginaux : les entreprises préfèrent organiser des événements en autonomie ou s’en remettre directement à la communication via les réseaux sociaux.

Cet appareil est développé par Rabbit Inc., une startup fondée par Jesse Lyu. Son objectif est de devenir un assistant virtuel basé sur l’intelligence artificielle à emporter partout avec soi. Nous ne voulons pas faire la comparaison habituelle avec l’intelligence artificielle de Her, mais c’est précisément l’objectif. Rabbit tient dans la poche et est sorti au moment opportun pour demander des informations à voix haute, appeler Uber, demander quoi faire avec la nourriture que nous avons dans le réfrigérateur ou accomplir toute autre action que nous sommes prêts à lui enseigner. Il se connecte à nos applications, se connecte automatiquement à Internet et veut en grande partie remplacer notre smartphone.

Comment fonctionne l’intelligence artificielle de Rabbit

R1 est basé sur l’intelligence artificielle. Pour simplifier, l’idée est d’avoir une Alexa ou une Google Home à emporter partout. L’interface est basée sur un petit lapin de pixels qui adopte des expressions différentes en fonction de la tâche demandée. L’objectif de Lyu est de dépasser les interfaces basées sur les applications. Dans sa vision, R1 pourra tout faire simplement avec une commande vocale.

Bien sûr, jusqu’à présent, on ne remarque pas trop de différences avec Siri ou Google. D’après la présentation, il semble que la vitesse de réponse soit plus élevée et que le système soit plus efficace, mais il faut attendre un test sur le terrain avant de se prononcer. R1 peut faire beaucoup plus : il a une série de fonctions qui permettent aux utilisateurs d’apprendre de nouvelles tâches. Et tout cela sans même programmer une seule ligne de code.

Cet appareil est basé sur les Large Action Models (LAM), des modèles capables d’apprendre des séquences d’actions en observant un exemple. Il suffit de montrer à R1 comment accéder à un portail et quelles opérations effectuer, puis demander de les reproduire ou de les adapter à de nouveaux besoins. Lors de la présentation, Jesse Lyu a ouvert le portail Rabbit Hole, le lien entre Rabbit et les applications. De là, il a enregistré une nouvelle tâche : créer des images sur Midjourney. À ce stade, il a connecté le portail à Midjourney, a suivi le chemin des commandes pour créer une image et a laissé Rabbit apprendre toutes les étapes à suivre. Après la phase d’apprentissage, son Rabbit est devenu capable d’aller seul sur Midjourney et de créer tout type d’image.

Coûts et disponibilité de R1

R1 a été lancé à 199 dollars. Les précommandes ont déjà commencé, mais les premiers modèles arriveront fin mars. R1 a sans aucun doute suscité beaucoup d’intérêt, mais le problème est déjà clair. Combien de temps faudra-t-il avant qu’elle soit copiée par une application que nous pourrons télécharger sur notre smartphone sans acheter un nouvel appareil ?

Vidéo de la présentation de Rabbit. :

YouTube video