Les États-Unis retirent officiellement Xiaomi de sa liste noire

Imagem Xiaomi que sai da lista negra EUA

Xiaomi, conformément à ce qui avait été fait avec d’autres entreprises chinoises, est entrée sur la liste noire américaine, toujours sous la présidence de Donald Trump. L’affaire, portée devant la justice aux États-Unis, a révélé que Xiaomi ne correspondait pas à l’accusation d’être une «société militaire communiste chinoise» après tout. Par la suite, un juge a conclu que l’entreprise ne constituait pas une menace pour la sécurité nationale du pays.

Après ces décisions de justice, les États-Unis ont officiellement retiré Xiaomi de leur liste noire et ont officiellement levé toutes les restrictions.

Xiaomi quitte la liste noire des États-Unis

En janvier dernier, le ministère américain de la Défense a inscrit Xiaomi sur une liste noire qui empêchait toute entreprise ou investisseur américain d’investir dans l’entreprise. Xiaomi était considérée comme une CCMC (Compagnie militaire communiste chinoise) et, sans surprise, Xiaomi a fait appel de la décision.

Des mois plus tard, un juge américain était d’accord avec l’entreprise et a déclaré que les États-Unis n’avaient pas fourni de preuves convaincantes de la relation entre Xiaomi et l’armée chinoise, qui a abouti à la levée du blocus. Peu de temps après, le tribunal a jugé le veto de Xiaomi «arbitraire et capricieux» et un accord de compromis a été signé pour retirer Xiaomi de la liste noire, un moment qui est enfin venu.

L’information a été confirmée par la société chinoise dans un communiqué publié aux médias, qui peut être lu sur le blog officiel de la société. Il est possible de lire ce qui suit:

Xiaomi (ci-après dénommée la «Société») a le plaisir d’annoncer qu’hier, 25 mai 2021 à 16 h 09 (HNE), le tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia a rendu une ordonnance mettant fin à la désignation du Département américain de la défense de la société en tant que «compagnie militaire communiste chinoise» (CCMC). Avec l’annulation de cette désignation, le tribunal a officiellement levé toutes les restrictions imposées aux citoyens américains d’acheter ou de céder des titres de la société.

Ainsi, toutes les restrictions qui empêchaient les entreprises et les utilisateurs d’investir dans l’entreprise, entrée en bourse le 6 juillet 2018, sont levées. La société chinoise s’est assurée d’être une « société ouverte, transparente, cotée en bourse et gérée de manière indépendante » et qu’elle « continuera à fournir aux utilisateurs des produits et services technologiques grand public fiables ».