Les émissions de gaz réduisent la stratosphère terrestre

Ilustração das emissões de gases estão a encolher a estratosfera da Terra

Les alertes climatiques se multiplient en raison des énormes émissions de gaz à effet de serre produites par l’humanité. Selon une étude maintenant révélée, les scientifiques ont détecté que ces gaz rétrécissent la stratosphère. Les informations révèlent que l’épaisseur du couche atmosphérique contractée à 400 mètres depuis les années 80.

Au fur et à mesure que ces pratiques se dérouleront, cette couche de notre atmosphère diminuera d’un kilomètre supplémentaire d’ici 2080. Si rien n’est fait, ces changements pourraient affecter les opérations par satellite, le système de navigation GPS et les communications radio.

Les gaz à effet de serre rétrécissent la stratosphère

L’étude montre comment ces émissions polluantes des humains compromettent la planète. En avril, les scientifiques ont montré que la crise climatique avait modifié l’axe de la Terre alors que la fonte massive des calottes glaciaires redistribuait le poids autour du globe.

La stratosphère s’étend d’environ 20 km à 60 km au-dessus de la surface de la Terre. Ci-dessous se trouve la troposphère, où vivent les êtres humains, et c’est aussi là que le dioxyde de carbone chauffe et dilate l’air. Cette action fait remonter la limite inférieure de la stratosphère. De plus, lorsque le CO2 pénètre dans la stratosphère, il refroidit l’air, ce qui le fait se contracter.

Illustration des couches de l'atmosphère affectées par les émissions de gaz

En tant que tel, le rétrécissement de la stratosphère est un signe flagrant de l’urgence climatique et de l’influence à l’échelle planétaire que l’humanité a maintenant.

C’est choquant. Cela prouve que nous déplaçons l’atmosphère jusqu’à 60 kilomètres.

Il a dit Juan Añel, de l’Université de Vigo, Ourense en France, qui fait partie de l’équipe de recherche.

Les émissions de carbone modifient la morphologie de l’atmosphère terrestre

Les scientifiques savaient déjà que la troposphère augmentait en hauteur à mesure que les émissions de carbone augmentaient. Ils soupçonnaient également qu’il y avait une chance que ce comportement de l’homme fasse rétrécir la stratosphère. Cependant, la nouvelle étude est la première à démontrer ce fait et elle prétend être un effet de contraction dans le monde entier depuis au moins les années 1980, lorsque les données satellitaires ont été collectées pour la première fois.

La couche d’ozone qui absorbe les rayons ultraviolets du soleil se trouve dans la stratosphère, et les chercheurs pensaient que les pertes d’ozone au cours des dernières décennies pourraient être à l’origine de ce rétrécissement. Moins d’ozone signifie moins de réchauffement dans la stratosphère. Cependant, la nouvelle recherche montre que c’est l’augmentation du CO2 qui est à l’origine de la contraction constante de la stratosphère et non des niveaux d’ozone. En fait, ces niveaux ont commencé à se redresser après l’entrée en vigueur du Traité de Montréal de 1989, lorsque les CFC ont été interdits.

L’étude, publiée dans la revue Environmental Research Letters, est parvenue à ses conclusions en utilisant un petit ensemble d’observations satellitaires effectuées depuis les années 1980 en combinaison avec divers modèles climatiques, qui incluaient les interactions chimiques complexes qui se produisent dans l’atmosphère.

Lisez aussi: