Nothing Phone (1) arrive aux États-Unis sous la forme d’une version bêta paralysée à 299 $

Nothing Phone (1) comes to the US as a $299 hamstrung beta

Facepalm : Rien n’apporte son smartphone inaugural aux États-Unis, mais pas au sens traditionnel. La société de technologie basée à Londres a annoncé un programme d’adhésion bêta pour son public américain. En échange de 299 $, les membres recevront un modèle final du téléphone (1) avec 8 Go de RAM et 128 Go de stockage intégré (le même qui est vendu dans le monde). Il sera chargé avec Nothing OS 1.5, qui est alimenté par Android 13, et vous aurez également la possibilité de réclamer un point noir de la communauté Nothing.

Rien n’est rapide pour noter que son combiné pourrait ne pas fonctionner avec tous les opérateurs américains et que le logiciel est toujours en version bêta. Dans la FAQ du programme bêta, la société a déclaré que la 5G n’est pas prise en charge sur AT&T. T-Mobile prend en charge la 5G sur le téléphone (1), mais pas sur toutes les bandes. La compatibilité avec Verizon est répertoriée comme « très limitée » car les réseaux 5G et CDMA ne sont pas pris en charge.

Rien de plus n’indique que certaines applications, y compris Netflix et YouTube, pourraient ne pas fonctionner correctement avec Nothing OS 1.5. « Le système d’exploitation peut entraver l’utilisation du téléphone d’une manière que nous ne pouvons pas prévoir », a ajouté la société.

Le programme bêta se poursuivra jusqu’au 30 juin. Après cela, vous pourrez conserver le téléphone et vous pourrez passer à la version finale du système d’exploitation. Il y a une période de retour de 14 jours, mais après cela, vous êtes coincé avec l’appareil sans couverture de garantie supplémentaire.

Nothing’s Black Dot est simplement un NFT doué pour les premiers supports qui peut être utilisé pour déverrouiller l’accès à la chaîne Discord officielle de Nothing.

Rien n’a lancé son Phone (1) en juillet dernier mais uniquement en Asie, en Europe et au Moyen-Orient. En décembre, le fondateur Carl Pei a déclaré à CNBC qu’ils n’avaient pas été lancés aux États-Unis en raison de tout le support technique supplémentaire nécessaire, comme les personnalisations uniques de l’opérateur en plus d’Android. « Nous sentions que nous n’étions pas prêts avant », a noté Pei.

C’est formidable de voir Rien trouver son chemin vers les États-Unis, mais nous souhaitons que ce soit avec un téléphone doté d’un support approprié pour les opérateurs et les applications. Dans l’état actuel des choses, l’offre bêta n’est certainement pas un candidat pour un driver quotidien.