Qui est John McFall, le premier homme handicapé à se présenter comme astronaute

Qui Est John Mcfall, Le Premier Homme Handicapé à Se

L’Agence spatiale européenne a décidé d’inaugurer un nouveau projet pour permettre aux personnes handicapées de pouvoir participer aux missions à venir. Pour ce programme, 257 candidats ont postulé.

Il n’a jamais envisagé d’aller dans l’espace, mais John McFall pourrait être le premier para-astronaute de l’histoire. Il a 41 ans et est médecin spécialisé en traumatologie et en orthopédie. A 19 anni gli è stata amputata una gamba dopo un incidente in moto e nel 2008 ha vinto la medaglia di bronzo per i 100 metri a Pechino.“Spero di poter essere di ispirazione: la mia nomina dimostra che la scienza e lo Spazio sono per tous ».

La nouvelle classe de candidats astronautes de l’ESA a été présentée lors d’une cérémonie officielle à Paris. Parmi les élus, il y a aussi une personne handicapée. L’Agence a expliqué qu’elle souhaitait élargir la définition de ce que indique avoir « le bon matériel » pour aller dans l’espace, et McFall inaugurera la voie pour l’inclusion des personnes handicapées physiques dans d’éventuelles futures missions.

Qui est John MacFall ?

Médecin, champion paralympique et candidat astronaute. John MacFall est britannique, a une femme, trois enfants, et après son accident de moto, il a décidé de devenir un athlète professionnel d’athlétisme. En novembre 2022, il a été sélectionné pour participer au projet de faisabilité « Parastronaute » de l’ESA afin d’améliorer la compréhension des barrières que les vols spatiaux présenteraient pour les para-astronautes.

« Lorsque l’ESA a annoncé qu’elle recherchait des candidats ayant un handicap physique pour diriger ce projet d’astronautes, j’ai regardé les spécifications de la personne et cela m’a sauté aux yeux », a-t-il déclaré à la BBC. « Je me suis senti tellement inspiré et obligé de participer. »

McFall pourrait donc devenir le premier astronaute handicapé de l’histoire. C’est peut-être parce que l’inclusion dans le projet n’assure pas réellement un billet aller-retour dans l’espace, qu’il faut d’abord établir que la présence d’un para-astronaute ne compromet pas la sécurité de l’équipage. Après l’annonce de l’Agence spatiale européenne, MacFall a expliqué qu’il était « fier et reconnaissant d’avoir eu l’opportunité de participer à un projet aussi courageux et audacieux ».

Le projet ESA

L’Agence a reçu 257 candidatures spécifiques pour le rôle de « para-astronaute », réservé aux personnes ayant des « problèmes des membres inférieurs », a expliqué le directeur général de l’ESA, Josef Aschbacher. Les candidats devaient passer par six étapes. Après la sélection initiale, des entretiens et des tests psychologiques ont sélectionné une liste restreinte d’astronautes potentiels. Jhon MacFall a ensuite été choisi lors du dernier tour de recrutement.

« Il est vraiment important pour nous d’impliquer tous les passionnés de l’espace », a déclaré le Dr. David Parker, directeur de l’ESA pour l’exploration spatiale humaine et robotique. « Nous faisons un premier pas en ouvrant cet appel aux personnes qui ont certains types de handicaps physiques, et nous espérons vivement les amener en mission vers la Station spatiale internationale. »

Le ministre britannique des Sciences, George Freeman, a également commenté cette nomination. « Nous avons inspiré le monde à Londres 2012 avec les Jeux paralympiques, et je suis si fier que nous soyons le premier pays à envoyer un para-astronaute dans l’espace et à prouver que l’espace est vraiment la nouvelle frontière. C’est là que l’humanité se rassemble, et c’est là que nous abattons les barrières qui retiennent cette planète et l’humanité. C’est un jour brillant pour la science et pour les valeurs britanniques. »

Samantha Cristoforetti ne sera plus seule

En plus de McFall, l’ESA a sélectionné 5 nouveaux candidats astronautes (2 femmes et 3 hommes). Leurs noms ont été présentés à Paris par le directeur général Joseph Aschbacher. Les cinq candidats qui se formeront pour les futures missions spatiales sont : Sophie Adenot (France), Pablo Álvarez Fernández (Espagne), Rosemary Coogan (Grande-Bretagne), Raphaël Liégeois (Belgique), Marco Sieber (Suisse). Parmi les réservistes figurent également deux astronautes italiens : Anthea Comellini et Andrea Patassa.

Depuis le dernier recrutement en 2009, il y a également eu une augmentation du nombre de femmes qui ont postulé pour rejoindre le projet. Le directeur général de l’ESA a expliqué qu’ils représentaient près de 50% des recrues. Parmi les sélectionnés figurent Rosemary Coogan, astrophysicienne spécialisée dans les galaxies et les télescopes spatiaux, et Sophie Adenot, lieutenant-colonel de l’Armée de l’air française. Samantha Cristoforetti a accueilli les deux nominations avec enthousiasme, « ce sera un groupe beaucoup plus diversifié, et j’ai hâte de ne plus être la seule femme astronaute dans le corps européen des astronautes. C’est important car la composition actuelle de notre corps ne le fait pas. reflètent où nous en sommes dans la société.