Twitter est dans le chaos et rappelle les salariés licenciés, l’ancien PDG s’excuse : « C’est aussi de ma faute »

Twitter Est Dans Le Chaos Et Rappelle Les Salariés Licenciés,

Après la polémique sur le chèque bleu payé et un recours collectif pour licenciements inopinés, Twitter fait face à un autre problème d’ici quelques semaines.

Un début maladroit pour Twitter qui, après avoir licencié la moitié de ses employés, fait désormais marche arrière.Vendredi à 9 heures, heure de San Francisco, 3 700 travailleurs reçoivent un message sur leur messagerie d’entreprise. Il les avertit qu’ils ont perdu leur emploi. Twitter les a virés. Maintenant, l’entreprise décroche le téléphone et demande à revenir. Certains ont été renvoyés par erreur, d’autres ont cependant été rappelés parce que la direction avait mal calculé, et n’a compris que plus tard que l’expérience et les postes de certains employés étaient cruciaux pour construire les nouvelles fonctionnalités de Twitter. .

Après la polémique sur le chèque bleu payé, certaines célébrités qui ont abandonné Twitter, et un recours collectif d’employés licenciés sans préavis, lui aussi doit désormais faire face à ce changement de plans. Ceci est rapporté par des sources internes à l’entreprise, rapportées par Bloomberg. Tout le monde pointe du doigt Musk, mais Jack Dorsey, l’ancien PDG de Twitter, choisit de porter sa propre charge et s’excuse officiellement sur le réseau social.

Les excuses de Jack Dorsey

L’ancien PDG regarde avec appréhension le chaos généré par Musk et décide d’avoir son mot à dire sur Twitter. « J’ai aussi des responsabilités si tout le monde est dans cette situation : j’ai trop vite augmenté la taille de l’entreprise. Je m’en excuse. » Dorsey a ajouté : « Je suis reconnaissant et j’aime tous ceux qui ont travaillé sur Twitter. Je ne m’attends pas à ce que ce soit réciproque en ce moment… ou jamais… et je comprends. » La réponse aux commentaires de Dorsey a été mitigée.

L’ONU élève aussi sa voix pour les droits de l’homme

La moitié des employés ont été licenciés par e-mail, tandis que d’autres ont découvert qu’ils avaient perdu leur emploi en ne pouvant plus se connecter à leur profil d’entreprise. L’affaire des licenciements irréguliers a fait un tel bruit que même le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Turk, a élevé la voix. « Elon Musk s’est engagé à assurer le respect des droits de l’homme sur Twitter. Comme toutes les entreprises, il doit comprendre les méfaits associés à sa plateforme et prendre des mesures pour y remédier », a expliqué Turk, « le respect de nos droits de l’homme partagés devrait être le fondement de l’utilisation et l’évolution de la plateforme ».

Les nouvelles directives sur l’usurpation d’identité

En attendant, Musk a annoncé une répression contre le vol d’identité et les faux comptes Twitter. « Tout changement de nom entraînera temporairement la perte de la coche bleue sans avertissement », a-t-il expliqué. De plus, « toute usurpation d’identité où le mot parodie n’est pas spécifié sera suspendue ». Une méthode de vérification « rendra le journalisme plus démocratique et donnera plus de pouvoir à la voix du peuple ». Il écrit alors sur le réseau social « Twitter doit devenir de loin la source d’information la plus précise sur le monde. C’est notre mission ».