Google se serre la ceinture : frais de déplacement réduits et bonheur des salariés

Google Se Serre La Ceinture : Frais De Déplacement Réduits

La récession commence également à affecter les énormes ressources de Mountain View. Et la prochaine étape pourrait être la réduction des effectifs.

Le PDG d’Alphabet, Sundar Pichai, a expliqué que la holding, qui comprend également Google, devra devenir 20 % plus efficace. Pichai a défini cet objectif lors de la Code Conference à Los Angeles qui s’est tenue hier, le 7 septembre. Quelques heures plus tard, les premières rumeurs fusent déjà sur la direction dans laquelle ces coupes pourraient pointer. Le magazine Information a publié toutes les informations contenues dans un e-mail adressé à certains des plus hauts dirigeants leur demandant de réduire les déplacements des employés à ceux indispensables au travail.

Et pas seulement. La lettre demande également de réduire la présence des salariés aux événements auxquels ils peuvent également participer de manière virtuelle et de supprimer les apéritifs et les moments de team building de l’agenda. Le changement de cap a également été confirmé à Business Insider avec une déclaration de l’un des Google porte-parole : « Nous avons récemment partagé un guide sur l’adoption d’une approche responsable de la gestion des dépenses, y compris les voyages et les événements. » La réduction des coûts opérée par Google, voire les prévisions de baisse des investissements publicitaires, pourraient également se traduire par une réduction des effectifs.

Les projets sur l’efficacité

Ceci, par exemple, était l’un des exemples donnés par Pichai lorsqu’il parlait d’efficacité : « Parfois, il y a des domaines de notre entreprise où trois personnes sont appelées à prendre une décision. Réduire à deux le nombre de personnes concernées améliorerait l’efficacité de notre équipe de 20% ». Et encore : « Nous voulons nous assurer que lorsqu’il y aura moins de ressources, nous continuerons à travailler sur les questions qui nous tiennent le plus à cœur ». Fiona Cicconi, chef du personnel, expliquait en juillet dernier qu’il n’est pas possible pour le moment « d’être sûr de l’économie du futur ».