Apple risque de s’approvisionner, que se passe-t-il avec le verrouillage des usines chinoises

Apple Risque De S'approvisionner, Que Se Passe T Il Avec Le Verrouillage

Chengdu, la capitale de la région du Sichuan, est entrée en confinement après quelques cas de Covid. Deux usines cruciales pour Cupertino sont menacées : Foxconn et Jabil.

Même pas 24 heures après le lancement de l’iPhone 14, Apple risque de devoir revoir tout son plan d’approvisionnement. Chengdu est l’une des mégapoles les plus importantes de Chine. Plus de 20 millions d’habitants, la capitale de la province du Sichuan, est le lieu de naissance des produits qui sont présentés chaque année dans le temple de Cupertino. A Chengdu, il existe deux usines cruciales pour la chaîne Apple : Foxconn et Jabil, spécialisées dans la fabrication de composants pour iPad et MacBook. Maintenant, les autorités chinoises ont mis Chengdu en quarantaine.

La ligne de Pékin est toujours la même : lorsque les premiers cas commencent à apparaître, un confinement très serré est imposé, qui ferme la ville et confine les habitants à leurs quartiers. On ne sait pas combien de temps les mesures de sécurité pourraient durer. Tout dépend de l’évolution des cas : le blocage peut se terminer en quelques jours ou durer des semaines. Dans le cas de Shanghai, il est resté environ deux mois. Pour l’instant, selon un rapport de Nikkei Asia, cela commence par au moins une semaine de congé.

Foxconn et la critique des conditions de travail

Dans les biographies sur Steve Jobs publiées après sa mort, il y a toujours eu un chapitre peint en couleurs plus sombres : Foxconn, défini par la critique comme « l’usine à suicides ». Tout a commencé en juin 2010, lorsqu’en six mois dans l’usine chinoise il y a eu 13 suicides d’ouvriers, à tel point que les directeurs généraux avaient installé des filets anti-suicide le long des bords des différents étages.

D’après le peu d’informations recueillies sur l’usine, les ouvriers accusent les managers d’imposer des rythmes trop stressants, comme on peut le lire dans un témoignage de cette époque : « Nous sommes obligés de travailler 12 heures par jour, six jours sur sept, à assembler des produits que nous ne pourra jamais acheter ». Ensuite, Jobs, toujours à la tête d’Apple, avait rapidement écarté la question : « Foxconn n’est pas un endroit où l’on travaille comme un diable. Pour une usine c’est très sympa ».